La clé du succès technologique israélien, c’est l’échec !

Shares

C’est par ce paradoxe que le Professeur émérite Shlomo Maital, chercheur au Technion, Professeur associé au MIT, enseignant au Global MBA de l’EDHEC et auteur ou co-auteur de 12 livres traduits en 7 langues, a introduit son intervention devant un public de haut niveau (ancien ministre, scientifiques, industriels, universitaires, …) réuni à la résidence de l’Ambassadeur d’Israël en France, Yossi Gal, sur l’invitation de Muriel Touaty, Directrice Générale de l’ATF (association Technion France).

Acteur majeur du monde de l’innovation en Israël et pionnier des méthodes d'”Action learning”, le Professeur Maital a partagé la recette de sa “sauce secrète” pour développer l’esprit Start-up :

Soyez informés en temps réel ! Suivez-nous sur...


  • dépasser sa peur de l’échec
  • avoir de l’audace (la “Houtspah” est une caractéristique célèbre de la culture israélienne)
  • faire preuve de patience
  • ne jamais baisser les bras devant les difficultés

Pourquoi Israël est-il devenu une “Start-up nation” (titre du livre de Dan Senor et Saul Singer relatant le miracle économique de ce pays), et que manque-t-il à la France pour le devenir également ?

Shlomo MaitalLes deux pays peuvent s’enorgueillir l’un comme l’autre, du niveau très élevé de leurs ingénieurs, de leurs universités, grandes écoles et centres de recherche. La France bénéficie même d’un avantage supplémentaire : un large marché européen directement accessible. La différence culturelle essentielle est l’attitude face à l’échec. Les israéliens considèrent ce qui est impossible comme un challenge à atteindre, et les success-stories les plus exemplaires et célèbres dans le pays ont souvent pour trait commun :

  • un échec : Dov Moran invente la clé USB suite à une présentation ratée à cause d’une panne de son ordinateur
  • un handicap : le Docteur Amit Goffer, entrepreneur devenu paraplégique suite à un accident, crée un exosquelette permettant de se tenir debout et de marcher. Claire Lomas, ostéopathe anglaise, paraplégique elle aussi, a pu, à l’aide de cet exosquelette, courir le Marathon de Londres,
  • une difficulté technique majeure : Kira Radinsky, brillante étudiante du Technion, invente l’impossible : un ordinateur capable de prédire le futur,

Ces obstacles ont été à la source de la réussite qui a suivi. Cette attitude face à l’échec commence à faire son chemin en France, le nouveau Président de la prestigieuse Ecole Polytechnique, Jacques Biot, parle même régulièrement de faire intégrer le concept  de Houtspah à ses étudiants !

Shares

RetweeTech

Rejoignez nos 2 896 abonnés et recevez nos derniers articles directement sur votre e-mail.