AVC et traumatismes crâniens : des médecins israéliens parviennent à réparer les lésions cérébrales

Shares

Nouvel espoir pour les patients atteints de lésions cérébrales : des chercheurs de l’université de Tel-Aviv ont découvert que le traitement par oxygène hyperbare aide à récupérer des facultés cognitives comme la mémoire et la capacité de concentration, des années même, après la survenue d’un traumatisme crânien ou d’un accident vasculaire cérébral, (AVC).

Les lésions cérébrales résultant de traumatismes crâniens ou d’AVC sont causes de graves dommages, aussi bien physiques que psychologiques et cognitifs. Jusqu’à présent, les traitements de ces lésions relevaient essentiellement du domaine de la réadaptation, et leurs résultats étaient donc limités. Une nouvelle étude du département de neurologie de l’université de Tel-Aviv, réalisée en collaboration avec le Centre médical Assaf Harofeh, a dévoilé que le traitement en caisson hyperbare améliore considérablement l’état de santé des personnes atteintes de ces lésions. Les résultats de l’étude ont été publiés cette semaine dans la revue PLOS ONE.

Soyez informés en temps réel ! Suivez-nous sur...


“L’idée selon laquelle il est possible de soigner les lésions cérébrales par un traitement sous oxygène à haute pression existait déjà dans les années 90” explique le Professeur Eshel Ben-Jacob, spécialiste de l’Ecole de Physique et de l’Ecole de Neurobiologie de l’Université de Tel-Aviv, “mais elle n’a pas été développée, parce qu’elle contredisait la conception alors en vigueur selon laquelle la plasticité du cerveau est présente uniquement pendant l’enfance, et durant une très courte période après la survenue d’une lésion”.

Les patients ont pu récupérer des capacités qu’ils avaient perdues

L’étude a été réalisée sur 60 patients atteints de lésions cérébrales à différents niveaux, dits chroniques, car leur état avait cessé de s’améliorer. Ces participants ont été soumis à des sessions spéciales d’oxygénothérapie hyperbare en caisson de compression, généralement utilisés en médecine dans le cas d’accidents de plongée. Au cours du traitement, le fonctionnement cérébral des patients a été contrôlé au moyen de dispositifs de visualisation avancés. Les résultats sont probants: il s’avère que l’oxygène à taux élevé permet de réveiller les neurones “endormis”, de stimuler leur plasticité et d’améliorer le fonctionnement cérébral des malades, longtemps même après la survenue de la lésion. Après des années de handicap et de dépendance, ils ont pu récupérer leur mémoire, ainsi que leurs capacités de concentration, de compréhension, de traitement de l’information, de lecture et d’orientation.

Bien que l’étude ait été réalisée sur des personnes dont l’atteinte cérébrale remontait de un à six ans, le Dr Efrati, chercheur à la Faculté de Médecine de l’université de Tel-Aviv et directeur de l’Institut de Médecine hyperbare du Centre médical Assaf Harofeh, a déjà constaté une amélioration semblable chez des patients dont les lésions remontaient à plus de 20 ans. ” Les résultats sur le terrain sont très clairs et nous ont profondément surpris, à la fois comme chercheurs et comme soignants”.

L’explication du succès de ce traitement s’explique, d’après les chercheurs, par la haute concentration d’oxygène parvenant aux tissus cérébraux. D’après le Dr Efrati, les neurones endommagés par les lésions restent vivants, mais ne reçoivent pas suffisamment d’énergie pour revenir à un fonctionnement normal. “Le cerveau consomme 20 % de l’oxygène du corps, mais cette quantité ne peut faire fonctionner que 5 à 10 % des neurones simultanément. Le processus de régénération des cellules nerveuses requiert davantage d’énergie. Aussi, l’accroissement par dix du niveau d’oxygène au cours de la thérapie hyperbare fournit-il l’énergie nécessaire à la restauration des connexions nerveuses et à la stimulation des neurones inactifs, améliorant ainsi grandement le processus de guérison”, explique-t-il.

Une future thérapie “anti-âge” pour le cerveau

Le succès impressionnant de cette étude éveille de nombreux espoirs chez les chercheurs: “Nous croyons au potentiel de la thérapie en caisson hyperbare pour le traitement d’un grand nombre de maladies liées au cerveau” conclut le Prof. Ben-Jacob. “Nous savons aujourd’hui que beaucoup de troubles cérébraux sont dus à une déficience en apport d’énergie au cerveau. Le problème peut se présenter, par exemple, chez les personnes âgées, chez qui le sang parvient moins bien au cerveau. Il est donc fort possible que ce nouveau traitement puisse aider pour la prévention de la maladie d’Alzheimer et de la démence vasculaire. Et qui sait, un jour peut-être pourrons-nous arriver à une thérapie “anti-âge” qui le renforcera et préservera son fonctionnement jusqu’à la fin de la vie.

L’Etat du Texas envisage déjà de financer ce traitement novateur pour ses citoyens souffrant de lésions résultant de traumatismes crâniens et ses soldats revenus d’Irak ou d’Afghanistan avec des troubles post-traumatiques.

Shares

Commenter cet article

commentaire(s) jusqu’à présent. Ajouter le votre...

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez nos 2 728 abonnés et recevez nos derniers articles directement sur votre e-mail.