High-tech israélienne : les chiffres d’un incroyable succès

Shares

Le 31 décembre 2013, Les Echos ont publié un article de Nathalie Hamou intitulé: “High-tech israélienne : les chiffres d’un incroyable succès”:

Non seulement l’attractivité des Start-up israéliennes ne se dément pas, mais tout porte à croire que 2013 restera dans les annales de la Silicon Wadi. Selon une étude de PwC publiée dimanche, le secteur israélien des hautes technologies affiche en effet, pour la troisième année d’affilée, un niveau record de transactions. L’an passé, le montant des cessions impliquant des sociétés locales a atteint 6,45 milliards de dollars (+ 16 % par rapport à 2012), sur un total de 7,643 milliards, en intégrant aussi les introductions boursières, a calculé le bureau de PricewaterhouseCoopers à Tel-Aviv.

Soyez informés en temps réel ! Suivez-nous sur...


La high-tech israélienne a certes connu d’autres périodes euphoriques, avec un montant total de transactions de 10,1 milliards de dollars enregistré en 2006. Mais cette performance était en grande partie liée à des “megadeals” exceptionnels avec, d’une part, la vente de Mercury à HP pour 4,5 milliards de dollars et, de l’autre, celle de M-Systems à SanDisk, pour 1,55 milliard. C’est moins le cas en 2013. Un indicateur qui ne trompe pas : le montant moyen des transactions a atteint sur l’année le chiffre record de 170 millions de dollars (contre 111 millions), soit le plus élevé de la décennie, selon PwC.

La Silicon Wadi a continué de séduire les géants américains du Net et de l’informatique. En témoigne la vente en juin dernier du GPS communautaire Waze, cédé pour 1 milliard de dollars au géant Google ; la cession à Apple de l’inventeur des capteurs de mouvement et de voix du système Kinect (de la Xbox), PrimeSense (pour 340 millions), ou encore le rachat de l’application mobile Onavo (pour 150 millions) par Facebook- qui a profité de cette acquisition pour annoncer l’ouverture de son premier centre de R&D israélien.

A en croire le centre de recherche IVC (Israel Venture Capital), 2013 se présente aussi comme un bon millésime pour les investisseurs. Selon l’organisme, les Start-up israéliennes ont par exemple levé 660 millions de dollars au troisième trimestre (+ 34 % par rapport à la même période de 2012), soit “le meilleur trimestre depuis l’éclatement de la bulle Internet en 2000”. Pour autant, la grande majorité des fonds levés par la high-tech israélienne reste d’origine étrangère (à hauteur de 73 %). Les fonds de capital-risque américains se taillent la part du lion, à l’instar de Sequoia Capital, qui vient d’injecter 28 millions de dollars dans la jeune pousse locale Moovit, considérée comme le “Waze des transports publics”. IVC relève de surcroît une présence croissante des investisseurs asiatiques comme le chinois Huawei ou encore le coréen Samsung.

Reste à savoir si la tendance se poursuivra en 2014. Pour le bureau israélien de PwC, il sera certes difficile d’égaler le score de l’année écoulée. “Mais plusieurs projets d’introductions boursières sont sur les rails, relevait hier Rubi Suliman, chargé du département high-tech chez PwC. S’ils se concrétisaient, le secteur pourrait connaître une nouvelle année record.”

Waze, la plus grosse acquisition de l’année

Bloomberg Après le pactole, les honneurs. Ehoud Shabtai, Amir Shinar, Uri Levin et Noam Bardin, les quatre fondateurs du GPS Waze, viennent de se hisser au premier rang du Top 10 des “personnalités les plus influentes de l’économie israélienne” sur l’année 2013. Un classement établi par le quotidien des affaires israélien “Globes”. Il est vrai que la vente en juin dernier de cette application mobile gratuite de navigation au géant américain Google pour un montant record de 1,15 milliard de dollars a électrisé la high-tech locale. Non seulement les créateurs de la Start-up israélienne, qui compte 60 millions d’utilisateurs dans le monde, ont touché le jackpot. Mais les 100 salariés de la jeune pousse basée à Raa’nana (près de Tel-Aviv) ont reçu en moyenne près de 1,2 million de dollars chacun ! Surtout, les cofondateurs de Waze se sont battus pour que la société conserve son implantation en Israël. Du coup, contrairement à la plupart des Start-up qui changent de mains, Waze a fait savoir que la compagnie doublera ses effectifs d’ici à la fin de 2014.

Wix, l’introduction en Bourse qui a fait le buzz Les Echos Sur le front des introductions boursières, la société israélienne Wix tient cette année le haut du pavé. Début novembre, cette plate-forme de création de sites Web a accédé au Nasdaq. L’opération n’a rien d’inédit : 62 autres entreprises israéliennes sont cotées à la Bourse américaine des valeurs technologiques, où elle forment le troisième bataillon derrière les entreprises américaines et chinoises. Mais Wix a fait le buzz en augmentant sa capitalisation boursière de 400 millions de dollars, pour passer la barre du milliard dans les six semaines qui ont suivi son introduction. Fondée en 2006, l’entreprise, qui n’a pas encore dégagé de bénéfices, est soutenue par les fonds Mangrove Capital Partners et Bessemer Venture Partners. En 2014, deux autres sociétés israéliennes du Net – Borderfree et Outbrain – espèrent lui emboîter le pas à Wall Street, tandis que leur compatriote Matomy (publicité digitale) regarde plutôt du côté du marché boursier londonien…Lire la suite

Shares

Commenter cet article

commentaire(s) jusqu’à présent. Ajouter le votre...

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez nos 2 686 abonnés et recevez nos derniers articles directement sur votre e-mail.