Un service sur-mesure pour investir efficacement dans les Start-ups

Shares

De nombreux livres, rapports et articles sur l’écosystème des Start-ups en Israël sont disponibles, mais pour aller droit au but, en voici un résumé en 3 points pour l’année 2013 :

Apres quelques premiers investissements dans l’immobilier, les investisseurs professionnels du monde entier se ruent  dorénavant sur les Start-ups israéliennes. Nombre d’entre nous rêvent de participer et de profiter de cette incroyable croissance Israélienne. Oui mais voilà, cette aventure peut se révéler plus laborieuse que prévue.

Soyez informés en temps réel ! Suivez-nous sur...


La malheureuse histoire de Michael B.

Michael B. vit à Paris. En août 2012, après avoir passé 3 semaines de vacances sous le soleil de Tel Aviv, Michael B. décide qu’il est temps, pour lui aussi, de placer une partie de son argent dans une Start-up « High-Tech » Israélienne. Sur recommandation d’un ami proche, il apprend que le secteur des « Saas » (logiciel en tant que service) est en plein boom et représente une opportunité extraordinaire. Michael B. effectue donc quelques recherches parmi son entourage et sur internet, et identifie une trentaine de nouvelles Start-ups Saas intéressantes nées en 2013. Mais laquelle choisir ? Michael B. n’a pas vraiment de connaissance technologique et toutes les Start-ups se ressemblent et semblent toutes aussi prometteuses a priori. En effet, de nombreuses Start-ups naissent chaque année en Israël, néanmoins, il n’y pas de miracle, même en Israël, la majorité d’entre elles ne survivront pas la première année.

Une fois la sélection faite, un second problème se pose : quelles sont les lois appliquées en Israël et les contraintes administratives ? D’autre part, comment être sûr que les personnes avec lesquelles Michael va s’associer sont dignes de confiance ? Comme Michael ne parle pas un mot d’hébreu, il engage les services d’un avocat et d’un comptable, et se jette à l’eau en investissant 200,000 dollars dans une Start-up. Apres une année, Michael ne reçoit aucun document sur l’évolution de la Start-up, il ne sait pas ou il en est de son investissement …

Pour éviter de se retrouver dans la situation de Michael, voici quelques conseils pour investir en Israël :

#Prendre conscience de la réalité du monde des Start-ups.

Oui, l’investissement dans une Start-up peut être très profitable (bien plus que l’immobilier ou la bourse) mais, dans la majorité des cas, cela ne rapporte pas les bénéfices escomptés. D’autre part, il faut en général attendre plusieurs années avant de récolter les fruits de son investissement dans une Start-up. Patience !!!

#Ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. Etant donné que les chances de réussite d’une Start-up sont faibles, pour maximiser vos chances, il vaut mieux diversifier son investissement dans plusieurs Start-ups, quitte à réduire le montant investi dans chacune d’entre elles.

#Sélectionner comme les pros. On ne le répètera jamais assez, un projet n’est bon que s’il est dirigé par les bonnes personnes. Il ne s’agit pas tant de l’ « idée », car en Israël elles ne manquent pas, mais au bout du compte, derrière chaque projet, il y a une équipe qui l’exécutera et qui fera, ou non, la différence.

#Investir aux côtés d’autres investisseurs. Il est malheureusement impossible d’investir seulement 30,000 euros dans une Start-up de qualité car celle-ci ne vous considèrera pas comme un acteur sérieux. Mais « l’union fait la force », et un groupe d’investisseurs, en se réunissant, pourront avoir le poids nécessaire pour avoir un impact réel pour la Start-up.

#Bien s’entourer. En tant qu’étranger, si vous pensez qu’il est difficile de faire du business en Israël, avec une Start-up ou bien en ouvrant un Fallafel, vous avez raison ! Lorsque l’on ne connaît pas Israël, il vaut mieux s’associer avec ceux qui connaissent le pays et savent actionner les bons réseaux. Ces personnes peuvent mener les investisseurs étrangers vers des Start-ups « under the radar », c’est à dire celles auxquelles ils n’auraient jamais eu accès en tant qu’investisseurs anonymes.

#Investir, et après ? Définir les paramètres clefs afin d’évaluer les performances de la Start-up n’est pas chose facile, c’est un travail de longue haleine. Savoir combiner une analyse rigoureuse et une part d’intuition est un art qu’ont développé les investisseurs professionnels et les fonds de capital risque du monde entier. Le suivi régulier des résultats et des performances, ainsi que l’accompagnement de la Start-up sont des éléments clef de la réussite.

Cela vous paraît difficile ? voire impossible ? Pas tout à fait. Ces derniers mois, un nouveau moyen innovant, simple et beaucoup moins risqué s’est développé pour investir en Israël : le club d’investissement. Ce type de clubs, comme SeedIL par exemple, fonctionne sur le principe du financement participatif (le fameux « crowdfunding » en anglais), mais réservé uniquement aux investisseurs souhaitant investir dans des Start-ups israéliennes. Ces investisseurs peuvent choisir d’investir dans des Start-ups préalablement triées sur le volet par une équipe de professionnels implantée dans le milieu depuis plusieurs années. Cette équipe gère aussi toute la partie légale et administrative. De plus, ce Club donne la possibilité de s’impliquer personnellement dans le développement de la Start-up si l’investisseur en a l’envie ou la capacité.

L’idée est de rassembler plusieurs investisseurs venus du monde entier pour investir dans une Start-up. Il n’est donc plus nécessaire d’investir d’énormes montants pour rentrer dans le capital d’une Start-up : grâce à des tickets d’entrée minimum relativement bas (25,000 €), qui en temps normal ne permettraient pas d’investir en direct, les Clubs d’investisseurs comme SeedIL offrent l’opportunité de se constituer un portefeuille de Start-ups israéliennes présélectionnées, diversifié et à fort potentiel.

Shares

Commenter cet article

commentaire(s) jusqu’à présent. Ajouter le votre...

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez nos 2 700 abonnés et recevez nos derniers articles directement sur votre e-mail.