Harvard : un professeur israélien prédit l’avenir de la Voie Lactée

Shares

Physicien théoricien d’origine israélienne, Avi Loeb préside le département d’astronomie d’Harvard. Il est également directeur de l’Institut de Théorie et Calcul de la prestigieuse université américaine et enseigne en parallèle à l’Institut israélien Weizmann. Enfin, il est membre de l’Académie américaine des arts et des sciences depuis 2012.

Il y a deux ans, le magazine TIME le faisait figurer parmi les 25 personnes les plus influentes en matière d’espace. Et pour cause, il travaille sur un sujet jusqu’alors encore très théorique: la façon dont les prémices de l’Univers ont vu naître les premières étoiles et galaxies. Loeb a ainsi été parmi les premiers théoriciens à explorer cette frontière. Dans une série de publications, il questionnait également la naissance des premiers trous noirs qui se sont formés, ainsi que leurs effets sur le jeune univers. 

Soyez informés en temps réel ! Suivez-nous sur...


Et depuis 2007, il analyse le postulat selon lequel la galaxie Andromède foncerait très clairement et inéluctablement dans la direction de la Voie Lactée, et ce à une vitesse sidérante. Il faudra attendre a priori 4 milliards d’années avant que la collision ne se produise. Loeb et le post-doc T.J. Cox simulent la rencontre entre Andromède et la Voie Lactée. Il en ressort que les deux galaxies spirales fusionneront pour créer une galaxie elliptique. Le soleil sera arraché de son rayon orbital pour venir se fixer à la périphérie de cette galaxie elliptique que Loeb a nommé “Milkomeda”. La probabilité de ce résultat augmente à mesure qu’Andromède se rapproche. En outre, ces études montrent également qu’avant la fusion finale, le soleil sera lié à Andromède plus étroitement qu’à la Voie Lactée.

Avi Loeb explique ainsi la décision d’orienter ses recherches sur ce sujet : “la plupart des théoriciens s’intéressent plutôt aux systèmes du passé car sont réticents à faire des prédictions qui ne seront vérifiables que dans des milliards d’années. Quant à moi, je suis curieux de ce que nous réserve l’avenir autant que des mystères du passé “

Malheureusement, on ne saura s’il avait raison que dans plusieurs milliards d’années. 

Shares

RetweeTech

Rejoignez nos 2 842 abonnés et recevez nos derniers articles directement sur votre e-mail.