Découverte sur l’obésité : pourquoi on grossit quand on reste assis !

Shares

Une étude de l’Université de Tel-Aviv sur le fonctionnement des cellules graisseuses démontre le lien direct entre une station assise prolongée et la prise de poids, indépendamment de la nutrition. L’étude montre qu’une pression statique accrue provoquée, par exemple, par une position assise prolongée provoque l’expansion et la déformation des cellules de notre corps. L’étude, réalisée par le Professeur Amit Gefen, le Dr. Nathan Shaked et la doctorante Naama Shoham du Département d’Ingénierie biomédicale de l’Université de Tel-Aviv, en collaboration avec le Prof. Dafna Benayahu du Département de Biologie cellulaire et de Biologie du Développement de la Faculté de Médecine a été publiée cette semaine dans le prestigieux Biophysical Journal.

Amit Gefen explique “Nous avons découvert que si l’on fait subir une pression mécanique statique aux cellules graisseuses, elles produisent jusqu’à 50% plus de graisse”. “C’est la première fois qu’est prouvé le lien entre la prise de poids et un mode de vie statique. Une personne qui reste assise toute la journée fait subir une pression mécanique statique à ses tissus graisseux, et grossira donc davantage qu’une autre, et ce sans rapport avec la quantité de hamburgers qu’elle ingurgite. Les tissus graisseux réagissent aux pressions mécaniques statiques inversement aux tissus osseux ou musculaires: alors que ceux-ci ont tendance à s’atrophier, eux se dilatent”.

Soyez informés en temps réel ! Suivez-nous sur...


Les chercheurs ont vérifié le comportement des cellules qui subissent une accumulation graisseuse, à l’aide d’un microscope à force atomique capable de mesurer une résistance mécanique au niveau cellulaire. “La cellule de graisse produit des gouttelettes lipidiques”, explique Amit Gefen. “Celles-ci fusionnent les unes avec les autres pour former des gouttes de plus en plus grosses, jusqu’à ce que tout l’espace de la cellule s’emplisse d’une grosse goutte de graisse, aboutissant à son élargissement, et finalement à celui du tissu cellulaire”. Ces cellules graisseuses, non seulement s’étendent, mais de plus se durcissent, déformant les cellules environnantes. “Il en résulte un cercle vicieux” poursuit-il “la cellule qui produit de la graisse force mécaniquement les autres à en produire également de manière accélérée. Nous avons donc réussi à montrer comment un mode de vie statique favorise la prise de poids, indépendamment de l’alimentation, de la génétique et des autres facteurs qui peuvent l’influencer”.

D’après l’Organisation Mondiale de la Santé, environ un demi-milliard de personnes dans le monde souffrent de surpoids, qui est l’un des cinq facteurs principaux de maladie. Selon les chercheurs les résultats de l’étude, qui fournissent une meilleure compréhension du processus du développement de l’obésité, vont permettre de mettre au point de nouvelles thérapies et technologies pour lutter contre ce phénomène, ou son contraire, l’insuffisance pondérale, et ce par d’autres moyens que la nutrition.

Selon Amit Gefen, “On peut également penser à d’autres applications de ce mécanisme d’expansion des cellules graisseuses, allant des prothèses naturelles pour les seins à la stimulation mécanique des tissus pour les astronautes séjournant dans l’espace pendant de longues périodes”. “Actuellement, nous développons des modèles expérimentaux informatiques pour étudier l’impact de différentes charges mécaniques sur les cellules graisseuses”.

Shares

RetweeTech

Rejoignez nos 2 923 abonnés et recevez nos derniers articles directement sur votre e-mail.