EXCLUSIF : Rencontre avec le pionnier du high-tech israélien

data
Shares

Le 27 août 2014, l’équipe de Siliconwadi est partie à la rencontre de l’entrepreneur israélien Yehuda Zisapel à l’occasion du Conseil international des grands réseaux électriques (CIGRE) à Paris.

Si Israël est une « start-up nation », elle le doit à des hommes tels que Yehuda Zisapel et son frère Zohar, fondateurs et présidents du groupe RAD-BYNET qui rassemble les huit sociétés pionnières dans l’industrie des réseaux et des télécommunications en Israël. Ce groupe est un pilier de l’industrie du high-tech israélien : aujourd’hui, près de 110 start-up israéliennes ont été créées par d’anciens employés du groupe.

Soyez informés en temps réel ! Suivez-nous sur...


Cet entretien a été l’opportunité de comprendre les ressorts d’un tel succès et d’analyser comment Israël, a été en mesure de générer une croissance économique telle qu’au début de l’année 2009, quelque 63 sociétés israéliennes étaient cotées au NASDAQ, soit davantage que n’importe quel autre pays à l’exception des USA…

AU COMMENCEMENT … RAD DATA COMMUNICATION

Tout commence au Technion, (l’Institut Israélien de technologie) où Yehuda Zisapel se passionne pour l’ingénierie électronique. C’est en 1960, chez le géant MOTOROLA en Israël, qu’il fait ses débuts. En 1975, il décide de fonder sa propre entreprise, BYNET DATA COMMUNICATION qui a pour objet l’importation et l’exportation d’équipements-réseaux d’ordinateurs. La société devient leader en ce domaine.

C’est surtout en 1981, avec son frère Zohar que Yehuda Zisapel travaille sur une idée révolutionnaire : développer et vendre des dispositifs d’accès de télécommunications destiné à l’exportation. Il crée alors une nouvelle société, la compagnie RAD DATA COMMUNICATION (Recherche et développement), qui est la toute première société à introduire des technologies de pointes sur le marché israélien.

Yehuda Zisapel explique : « A cette époque, ce marché était quasi-inexistant en Israël, c’est pourquoi, j’ai décidé de me lancer». Pour lui, la force économique d’Israël réside dans un certain « état d’esprit ». A travers ses choix industriels, Israël a fait de la spontanéité une valeur essentielle. Selon Yehuda, la détermination et la prise de risques caractérisent l’histoire du pays et sa réussite économique.

CRÉATION ET DÉVELOPPEMENT DE RAD-BYNET GROUP…

RAD DATA COMMUNICATION a rapidement gagné en notoriété avec son produit phare : le modem miniaturisé. Pendant trente ans, RAD s’est développé au point d’initier la création d’autres compagnies, ayant chacune un corps de spécialité dans le networking et la télécommunication. Aujourd’hui, cinq d’entre elles sont cotées au NASDAQ (Silicom Connectivity Solutions Ltd.; RiT Technologies Ltd.; RADCOM LTD.; Radware, Ltd.; RADVISION, Ltd.; Ceragon, Ltd et Radview Software) et certaines ont été vendues à d’autres leaders du télécom.

Aujourd’hui, les entreprises membres de RAD-BYNET GROUP emploient plus de 4500 employés et dépassent les 1,2 milliard de dollars des ventes en 2013. Leurs produits sont commercialisés dans plus de 160 pays à travers le monde. Parmi les clients du Groupe, on compte Alcatel-Lucent, AT & T, British Telecom, China Telecom, Cisco, Deutsche Telekom, Ericsson, France Telecom, Hutchinson, Huawei, Motorola, Nokia, Nortel, Orange, Siemens, Telefonica, T-Mobile, Vodafone, et des centaines d’autres opérateurs, aux fournisseurs de services, les opérateurs mobiles et les fournisseurs, ainsi que des fabricants de premier plan, les réseaux de transport, les banques et les institutions financières, les services publics et les établissements d’enseignement supérieur.

LES SECRETS DE CETTE SUCESS-STORY ?

A notre question, « quelles difficultés avez-vous rencontré pour fonder la société RAD DATA COMMUNICATION ? », Yehuda Zisapel répond : « je ne parlerais pas de difficultés, mais plutôt de challenges et d’opportunités (…) ».
Yehuda Zisapel explique que dans les années 70, aucun marché n’existait en Israël dans le domaine du high-tech et de l’innovation. Lui et son frère ont saisi « l’opportunité » de s’imposer au géant américain dont le marché était très développé. « Nous avons commencé à partir de rien (…), aucune start-up n’existait. Nous avons été les premiers à réussir dans ce secteur. Il y avait beaucoup de talents en Israël dans ce domaine, notre entreprise a donc connu très peu de concurrence en utilisant ces talents (…)».

Selon Yehuda Zisapel, les gens essaient de faire l’impossible plus en Israël que les Etats-Unis. C’est la chance de l’outsider qui travaille plus dur parce qu’il doit le faire. En conséquence, les investisseurs intéressés dans l’industrie high-tech se tournent vers Israël non seulement pour avoir de meilleures offres de prix, mais aussi pour plus d’innovation.

A cela s’ajoute quelques fondamentaux. Trouver de bons partenaires a été essentiel. Il faut savoir s’entourer de personnes loyales « ce qui n’est pas toujours aisé » explique t-il. Il faut surtout être prêt à investir, participer à une « aventure » et surtout à « innover ».

Actuellement, Yehuda Zisapel travaille avec de nombreuses entreprises françaises, dont plusieurs sont des partenaires de longue date telles que France Telecom. En ce moment, d’importants accords commerciaux sont en cours de discussions entre les deux géants. Yehuda Zisapel explique : « Aujourd’hui, nous travaillons sur de nombreux produits. La société dans laquelle nous vivons nous impose d’agir vite, d’être rapide dans l’échange de données. Nous travaillons sur des programmes qui répondront à ces attentes ».

Enfin, Yehuda Zisapel nous confie comment Israël a su s’imposer en tant que nation “start-up”. L’armée et le système éducatif participent de cette réussite. Les jeunes font l’expérience de la rigueur et s’imprègnent de valeurs qu’ils conservent dans le monde de l’entreprise. L’un d’eux témoigne : « Travailler avec les frères Zisapel, cela ressemble pour beaucoup à travailler à l’armée, sous commandement. On apprend à repousser nos limites et à connecter l’inconnectable. »

De plus, Yehuda Zisapel déclare : « Israël a de très bonnes universités telles que le Technion et il existe de nombreuses passerelles entre monde de la recherche et entreprises ». C’est ce qui rend Israël si compétitive sur le marché. De nombreux étudiants entrent dans des « businesses incubators » ou « pépinières d’entreprises », structures spécifiques destinées à faciliter la création d’entreprises en apportant un soutien technique et financier, conseils et services.

Enfin, les frères Zisapel soulignent l’importance de la “citoyenneté d’entreprise”: cette dernière joue un rôle de chef de file dans le développement et le financement de programmes innovants qui profitent à l’ensemble de la communauté. A titre d’exemple, afin de soutenir l’enseignement supérieur, RAD octroie des dizaines de bourses d’études chaque année aux étudiants d’universités les plus méritants qui se spécialisent dans l’ingénierie et de l’informatique qui, autrement, seraient incapables de financer la totalité des coûts de leurs frais de scolarité.

Shares

Commenter cet article

commentaire(s) jusqu’à présent. Ajouter le votre...

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez nos 2 648 abonnés et recevez nos derniers articles directement sur votre e-mail.