La fronde contre Uber se propage en Israël

La fronde contre Uber se propage en Israël
Shares

En Israël comme en France, la bataille menée par la Start-Up américaine Uber, fait la une de l’actualité. Depuis la fin du mois d’août 2014, Uber a décidé de promouvoir ses services à Tel-Aviv avec l’objectif avoué de devenir leader sur le marché du taxi israélien.

Le PDG d’Uber en Israël, Yoni Greifman évoque les raisons qui ont poussé les dirigeants de l’entreprise à s’implanter à Tel-Aviv : “Israël est la Start-Up Nation. À ce titre, elle est considérée comme une des places principales de l’innovation technologique et du lancement de produits utilisant principalement des Smartphones”. Chaque jour, plus de 3.4 millions de personnes se déplacent dans Tel-Aviv et sur la région de Dan, “le potentiel économique n’est donc pas moins important qu’en Europe”.

Soyez informés en temps réel ! Suivez-nous sur...


Le véritable enjeu pour Uber va être de répondre à cette demande et de devenir le leader du marché au pays de GetTaxi. L’issue est impossible à déterminer et pour le moment les deux adversaires ne se font aucun cadeau. Dernier exemple en date, GetTaxi a décidée de licencier tout chauffeur qui travaillerait en parallèle avec son concurrent Uber. A en croire le PDG de GetTaxi, cette action est justifiée. Selon lui, certains membres d’Uber ont essayé de convaincre les conducteurs GetTaxi de rejoindre leurs rangs. Une accusation semblable avait déjà été formulée à l’encontre des dirigeants d’Uber à New York. En outre, convaincre le Ministère israélien du Transport de changer la réglementation afin qu’un particulier puisse exercer s’avère être une tache bien complexe et le temps ne joue pas en faveur de Uber. Pourtant, Yoni Greifman vient d’annoncer le contenu de sa prochaine mission, “être capable de couvrir l’ensemble du territoire israélien” dès la fin de l’année prochaine.

La fronde contre Uber se répand dans le monde. A titre d’exemple, un tiers des chauffeurs de taxi de San Francisco a abandonné sa licence pour rejoindre Uber, provoquant un scandale outre-Atlantique.. Mais c’est en Allemagne que la société a été la plus touchée. Un tribunal de Francfort a décidé d’interdire au groupe américain Uber d’exercer ses activités en Allemagne estimant que ses chauffeurs ne disposaient pas des autorisations nécessaires pour pouvoir exercer. Le jugement s’applique même à l’ensemble du territoire allemand, suite à une plainte de Taxi Deutschland, un collectif de compagnies de taxi allemandes. Ce jugement n’a pas empêché Uber d’annoncer qu’elle comptait poursuivre son expansion et même s’implanter à Cologne et Stuttgart dans les semaines à venir suite à la formidable demande de son service dans ces deux grandes villes.

Fondé en 2009 par Garrett Camp, Travis Kalanick et Oscar Salazar sous le nom d’UserCab, Uber est un service permettant de localiser, via son téléphone les taxis, UberTaxi, les plus proches, afin de les réserver instantanément. La Start-Up n’est qu’un intermédiaire entre le client et le chauffeur et propose, en ce sens, un service similaire à la compagnie israélienne GetTaxi à quelques différences près. Mais la révolution Uber c’est avant tout son service lancé en 2013, UberX. La catégorie de véhicules UberX connaît un immense succès et pour cause, elle permet à ses clients de trouver un particulier prêt à les conduire là où ils souhaitent, au moment où ils souhaitent avec une rapidité inégalée, le tout coûtant 20 à 25 % moins cher qu’une course de taxi habituelle. Uber propose des services novateurs qui sont devenus les ambassadeurs de son succès. Par exemple, afin de voyager en toute sécurité, Uber permet au client de consulter en un simple clic la photo de son futur chauffeur, la licence de son véhicule ainsi que son numéro de téléphone en cas d’oubli d’objets et autres nécessités. Le service permet également de suivre à chaque instant le chemin pris par le conducteur ou de partager le prix de sa course entre passagers de manière instantanée.

Apres un premier tour de table à 307 millions de dollars en 2013 auprès d’investisseurs tels que Jeff Bezos, fondateur d’Amazon ou Eric Schmidt, PDG de Google, la Start-Up avait décidé d’intensifier le développement de son concept à l’étranger. Avec une croissance à deux chiffres durant les mois qui ont suivi ce premier grand investissement, Uber acheva l’une des plus grandes levée de fond jamais réalisée par une Start-Up en levant, il y a trois mois la somme de 1,2 milliards de dollars lui permettant de renforcer ses positions en dehors des Etats-Unis. Aujourd’hui implanté dans plus de 130 grandes villes à travers le monde, la Start-Up est valorisée 17 milliard de dollars, soit plus de cinq fois sa valorisation lors de l’année précédente.

Shares

Commenter cet article

commentaire(s) jusqu’à présent. Ajouter le votre...

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez nos 2 692 abonnés et recevez nos derniers articles directement sur votre e-mail.