Israël et l’Eau : Du déficit au défi maîtrisé…

Shares

Les réserves en eau, denrée précieuse s’il en est, constituent une préoccupation majeure pour de nombreux pays, à commencer par ceux qui en font également un sujet d’ordre géopolitique.

Les pays de la zone Proche et Moyen-Orientales sont évidemment au cœur de ces épineux problèmes qui, à terme –  voie de la sagesse, de la raison et/ou de l’espoir oblige –  pourront peut-être devenir  le terrain d’une réconciliation future…

Soyez informés en temps réel ! Suivez-nous sur...


Dans l’intervalle, le thème de l’eau n’aura de cesse d’être débattu à l’occasion du Sixième Forum Mondial de l’Eau qui se tiendra à Marseille du 12 au 17 Mars prochains.

L’état hébreu fait  évidemment  partie de ces  pays où  la question de l’eau est  plus que cruciale.

Aussi bien en raison de son histoire que de sa géographie, en Israël,  la pénurie d’eau est traitée comme priorité nationale.

Dès lors, le pays a développé en la matière une expertise incomparable.

L’excellence d’Israël en matière d’eau

En effet, Israël se situe à la pointe des technologies innovantes de traitement de l’eau. A titre d’exemple, la Start-up israélienne EWA parvient à extraire de l’eau à partir de l’air;  Whitewater Security développe des procédés de sécurisation des systèmes hydrauliques afin de lutter contre les contaminations accidentelles, les attaques terroristes ou encore les catastrophes naturelles ; Elgressy Engineering intervient sur le traitement des eaux industrielles chargées en tartre et/ou micro-organismes ainsi qu’en matière de lutte contre les bactéries de la Legionella ; Takadu fait office de leader dans le domaine de l’alerte en ligne en temps réel en cas de détection de fuites d’eau ou autres anomalies sur les réseaux de distribution d’eau tandis que Blue I ou encore Netafim excellent dans respectivement les secteurs de l’analyse intelligente et du contrôle de la qualité de l’eau d’un côté et de la mise au point de solutions efficaces de gestion de l’eau pour l’agriculture de l’autre.

Israël possède, en outre, divers atouts aux premiers rangs desquels on pourrait citer des méthodes d’irrigation particulièrement  avancées (Israël est notamment pionnier du goutte à goutte que le pays a développé dans les années 1960 ), l’une des plus grandes usines de dessalement de l’eau de mer, mise au point avec Véolia ou encore l’un des taux de réutilisation des eaux usées les plus élevés au monde (75% des eaux usées israéliennes sont réutilisées par l’entremise de sociétés telles qu’Aqwise ou encore Applied Cleantech).

Les avancées enregistrées par Israël sur le plan de l’eau bénéficient également aux pays qui en manquent et dont la survie est de ce fait  d’ores et déjà hypothéquée ou qui risquerait de l’être du fait du réchauffement climatique. L’aide israélienne permet entre autres l’envoi d’experts, le transfert de technologies ou encore la formation professionnelle des partenaires, essentiellement à destination de pays tels que le Mali, la Côte d’Ivoire, le Nigéria, le Togo ou encore la République démocratique du Congo. Par ailleurs, en décembre dernier, la France et Israël ont signé un accord de coopération en vue de l’extension de l’aide à Haïti et à certains pays d’Afrique. L’accord couvre les domaines de l’agriculture et l’irrigation mais aussi la santé publique. Sa mise en œuvre s’effectue  via  MASHAV , l’Agence d’Israël pour la coopération et le développement international. Les premiers pays retenus pour bénéficier de cette aide sont le Cameroun, le Sénégal, le Ghana, le Burkina Faso et Haïti.

Israël et Le Forum Mondial de l’Eau

En amont du sixième Forum Mondial de l’Eau, Israël ne manquera pas de s’associer aux étapes préparatoires de cet événement d’envergure afin de donner au pays toute la place qu’il mérite sur la scène internationale : une conférence-débat est notamment programmée pour le 16 février prochain et aura lieu à Marseille toujours. A l’initiative du Consulat général d’Israël à Marseille, du département commercial de l’Ambassade d’Israël en France et de l’association Ea éco-entreprises, trois experts israéliens feront le déplacement : David Waxman (Ancien directeur général de IDE Technologies, leader mondial du retraitement de l’eau et président du Water Industries Forum), Assaf Barnéa (Président-directeur général de Kinrot Ventures, cluster israélien innovant dans le domaine des technologies de l’eau) et Hillel Milo (directeur général de AquAgro, fonds spécialisé dans les innovations technologiques liées à l’eau). Il s’agira de présenter les technologies hydriques israéliennes et d’échanger de manière constructive autour des coopérations qu’il sera possible de nouer entre la France et Israël notamment puis à une échelle plus large et mondiale lors du Forum proprement dit…L’objectif ultime étant d’aboutir à des solutions de pointe au bénéfice de l’humanité dans son ensemble, au-delà des divergences et autres clivages de tous ordres.

A cet effet, là encore, afin de présenter l’éventail des solutions qu’il propose, l’état d’Israël  exposera ses technologies innovantes au sein d’un pavillon spécialement dédié lors du Forum mondial de l’Eau. Les échanges pourront alors se concrétiser entre aussi bien les sociétés israéliennes, qui iront à la rencontre de leurs homologues du monde entier et vice–versa, qu’entre les officiels et autres décisionnaires politiques, économiques ou scientifiques.

Du reste, si la rareté de l’eau est et sera une thématique de premier ordre, nul doute que la question de sa qualité devra également faire l’objet de toutes les attentions, notamment en raison des dommages que cause l’essor des activités humaines et particulièrement celles industrielles et agricoles…

Shares

RetweeTech

Rejoignez nos 2 943 abonnés et recevez nos derniers articles directement sur votre e-mail.