Téléphérique : la France conduit Jérusalem vers son futur

Shares

Le premier tramway de Jérusalem, construit par le français Alstom, a finalement commencé à opérer en 2011 dans la Ville sainte – notoirement congestionnée – après d’importants retards, des problèmes de budget et en dépit des appels au boycott d’associations anti-israéliennes. Les rames couleur argent glissent silencieusement et sont bondées de passagers, dont beaucoup de gamins : les noms des 24 stations sont écrits en hébreu, arabe et anglais. Prévu d’être achevé en 2008, le projet avait accumulé quelque retard entre autres à la suite de… découvertes archéologiques lors des excavations. Son coût a quasiment doublé, permettant à l’entreprise française d’empocher 250 millions d’euros !

Israël : un marché considérable pour la France !

Nouvelle étape à présent dans le désengorgement des artères touristiques de la ville : l’excellent projet de téléphérique “made in France” à Jérusalem, régulièrement plébiscité par les habitants et automobilistes de la capitale israélienne.

Soyez informés en temps réel ! Suivez-nous sur...


Des fonctionnaires municipaux ont confirmé que le projet était en gestation et qu’il serait prochainement soumis au comité de planification de la ville : “Le projet a pour but de résoudre les problèmes de transport dans les environs de la Vieille ville, et il a été choisi car il ne nécessite pas une infrastructure lourde et ne nuira pas aux sites importants de la Vieille Ville”, a déclaré un porte-parole de la municipalité. “Il profitera aussi bien”, ajoute t-il, “aux résidents de Jérusalem Est, particulièrement à ceux des quartiers de Silwan, d’A-Tur, du Mont des Oliviers et de la Vieille Ville, tout d’abord en fluidifiant leur circulation mais plus important, en rendant leurs quartiers plus accessibles aux visiteurs et aux touristes”.

Téléphérique Jérusalem 4

Téléphérique Jérusalem 1

L’expertise française déjà sur les rails !

Le projet est estimé par la Municipalité de Jérusalem à 250 millions de shekels (+/- 60 millions Euros). L’étude de faisabilité a été confié à SAFEGE, filiale de Suez Environnement, qui a obtenu une notoriété internationale par le système de monorail suspendu développé par la société. POMA, l’entreprise française grenobloise, leader mondial de solutions de transport par câble et de téléphériques est pressentie pour la réalisation. Une marque de reconnaissance pour l’industrie française, avis que ne semblent pas partager les partisans bornés de la campagne pour le boycott d’Israël.

Plutôt que de saluer ces chantiers fructueux pour le redressement de notre économie ; la reconnaissance et l’export de notre savoir-faire ; allant jusqu’à faire fi des emplois qui en résulteraient en ces temps de crise internationale ; n’hésitant pas un instant à inciter les syndicats au boycott plutôt qu’à la défense des intérêts locaux des personnels de chantier palestiniens : ces acharnés n’ont de cesse de  multiplier les menaces, courriers de pression et plaintes en justice pour tenter aveuglément d’enrayer ces marchés ! Certains journaux français ont déjà cédé face à cette pression.

Téléphérique Jérusalem 3

Selon le quotidien israélien Haaretz, le téléphérique a pourtant vocation à desservir quatre stations-clé à Jérusalem-Ouest, à la Porte des Maghrébins de la Vieille ville, au mont des Oliviers et près du jardin de Gathesmani à Jérusalem-Est. Des dizaines de pylônes massifs soutiendront les câbles du téléphérique, et seront disposés à proximité de sites religieux hautement fréquentés. Le futur téléphérique permettra de transporter jusqu’à 4 000 voyageurs par heure, en réduisant le temps de transport entre Jérusalem-Ouest et Gathesmani à Jérusalem-Est (assuré aujourd’hui exclusivement par des autobus polluants) de 45 minutes actuellement à 3 minutes seulement.

Si l’on prend en compte le tramway français d’Alstom, il devient clair que c’est la technologie et le savoir-faire français qui conduiront Jérusalem vers son futur.

Téléphérique Jérusalem 2

Shares

RetweeTech

Rejoignez nos 2 762 abonnés et recevez nos derniers articles directement sur votre e-mail.