La SNCF séduite par la technologie israélienne

Shares

La SNCF sera-t-elle la prochaine entreprise tricolore à faire l’acquisition d’une pépite de la Silicon Wadi, la Silicon Valley israélienne ? A l’heure où l’opérateur public ferroviaire français accélère son virage dans le numérique et la mobilité, il prend en tout cas très au sérieux l’innovation technologique made in Israël. Témoin, la signature lundi d’un « partenariat stratégique » avec Smart Transportation, l’accélérateur israélien lancé l’hiver dernier, sous l’égide de l’université de Tel-Aviv, de l’initiative gouvernementale « Fuel Choices » et de la communauté locale des transports intelligents, EcoMotion.

« C’est une véritable opportunité d’accès aux start-up et aux technologies israéliennes les plus prometteuses », explique aux « Echos » Mathias Emmerich, le directeur général délégué performance SNCF mobilités. Avec 18 autres dirigeants du groupe, il a fait le déplacement à Tel-Aviv, à l’occasion du troisième événement annuel d’EcoMotion. Une nouvelle démonstration de la volonté de l’opérateur ferroviaire public de devenir un leader du voyage de « porte à porte » et « de renforcer l’innovation numérique » dans l’ensemble de ses unités.

Soyez informés en temps réel ! Suivez-nous sur...


Parmi les membres de cette « task force » figurent Yves Tyrode, le nouveau « chief digital officer » de la SCNF, ou encore Laurent Kocher, le directeur marketing, innovation et services de Keolis. Car, en matière de transports intelligents, l’Etat hébreu a beaucoup à offrir, comme en témoignent ces success-stories que sont le GPS communautaire Waze, cédé en juin 2013 pour de 1 milliard de dollars à Google, la solution anticollision Mobileye, introduite sur le Nyse l’été dernier, l’app Get Taxi, concurrent d’Uber, ou encore Moovit, le « Waze » des transports en commun dans lequel a investi Keolis en début d’année. Lire la suite >

Shares

RetweeTech

Rejoignez nos 2 862 abonnés et recevez nos derniers articles directement sur votre e-mail.