Nano Dimension attire les investisseurs

Shares

La start-up israélienne Nano Dimension vient de lever plus de 11 millions de dollars auprès d’investisseurs privés pour poursuivre le développement de l’imprimante 3D, DragonFly 2020.

Cette imprimante est capable de produire les circuits imprimés (PCB en anglais), ces fameuses plaques vertes qui connectent les composants de tout appareil électronique (portable, tablette, ordinateur etc.). Contrairement à beaucoup d’imprimantes 3D déjà sur le marché, comme Voltera ou Squink, l’imprimante développée par Nano Dimension permet d’obtenir des PCB multicouches d’un niveau industriel, indispensables pour les appareils électroniques complexes.

Soyez informés en temps réel ! Suivez-nous sur...


Aujourd’hui, pour obtenir un circuit imprimé, les industriels ont recours à des sous-traitants souvent installés en Asie, ce qui aboutit très régulièrement au piratage des adresses IP.  Simon Fried, co-fondateur de Nano Dimension, a pris conscience des enjeux sécuritaires : “Si vous travaillez dans le domaine de la défense aux Etats-Unis ou en Israël, vous n’avez pas forcément envie d’envoyer à l’étranger des dossiers sensibles”.

Cependant, si Nano Dimension serait la solution aux problématiques de la propriété intellectuelle, elle crée un autre problème sécuritaire. Le piratage des dossiers est monnaie courante aujourd’hui. Comment envisager qu’un individu puisse produire de chez lui le PCB ? Fried reconnaît cette difficulté mais estime qu’elle ne se posera pas à court terme car la première version de DragonFly 2020 coûtera plusieurs dizaines de milliers de dollars. Elle ne sera donc pas accessible au commun des mortels.

Outre ces aspects sécuritaires cruciaux, Nano Dimension veut révolutionner le monde de l’électronique. Actuellement, la technologie utilisée pour produire les PCBs impose la forme rectangulaire des appareils électroniques. Avec DragonFly 2020, on pourra envisager des mobiles et tablettes cubiques, pyramidales ou circulaires. L’objectif de la start-up aujourd’hui est de développer l’imprimante afin qu’elle puisse produire les PCBs miniaturisés, utilisés par Apple par exemple. Les premières imprimantes seront sur le marché en 2016.

Shares

RetweeTech

Rejoignez nos 2 886 abonnés et recevez nos derniers articles directement sur votre e-mail.