Israël : vers la fin des Pacemaker ?

Shares

Deux chercheurs israéliens du Département de médecine du Technion (Institut israélien de Technologie), le Professeur Lior Gepstein et le Dr. Udi Nussinovitch, proposent une nouvelle méthode de stimulation cardiaque. Au lieu de faire appel aux traditionnels stimulateurs cardiaques, ils préconisent l’injection de gènes particuliers, sensibles à la lumière, afin de relancer l’activité du cœur.

S’appuyant sur l’optogénétique (associant optique et génétique), la méthode consiste à injecter un gène sensible à la lumière dans les cellules affectées. Ce gène, injectable dans plusieurs endroits simultanément, activera les cellules défectueuses dès lors qu’il recevra une lumière. Il suffira alors d’implanter une fibre optique qui émettra la lumière pour que le gène (sensible à la lumière) puisse agir sur les cellules concernées et relancer l’activité de pompage du cœur (resynchronisation cardiaque).

Soyez informés en temps réel ! Suivez-nous sur...


Le Prof. Gepstein affirme : “Notre travail est le premier qui propose une approche non électrique de la resynchronisation cardiaque”.

Cette utilisation de la lumière pour agir sur les gènes permettra de remplacer les stimulateurs cardiaques, aux nombreux inconvénients. Implanter un stimulateur nécessite en premier lieu une opération. Outre cette difficulté, on dénombre plusieurs infections et dysfonctionnements d’ordre mécanique.

Il faudra attendre encore un peu pour que cette technologie soit concrètement utilisée. Par exemple, le gène injecté dans les rats ayant servi à l’expérimentation a réagi à une lumière bleutée qui a une faible pénétration dans les tissus de la peau. Mais les chercheurs restent confiants. “Une potentielle solution à l’avenir serait le développement de protéines sensibles à la lumière infrarouge ou quasi-infrarouge, qui pénètre le tissu plus efficacement et à une longue distance”.

Le Dr. Jeffrey Olgin, Directeur du Département de Cardiologie à l’Université de Californie (San Diego) confirme l’importance de ces expérimentations. “Pour la première fois, une expérimentation démontre un mécanisme visant à réguler le cœur sans avoir recours à des câbles et permettant une régulation à plusieurs endroits simultanément. La raison la plus courante de l’échec des stimulateurs cardiaques actuellement utilisés concernent les câbles qui connectent le muscle du cœur à l’impulsion électrique. Cette approche a le potentiel de se débarrasser de ces câbles  et d’avoir une stimulation déclenchée à plusieurs endroits à la fois”.

Cette étude révolutionnaire pourrait transformer le quotidien des millions de personnes à travers le monde souffrant de problèmes cardiaques.

Shares

RetweeTech

Rejoignez nos 2 873 abonnés et recevez nos derniers articles directement sur votre e-mail.