Redonner la parole à ceux qui souffrent de troubles du langage

Shares

Reconnaître les sons et les voix pour aider les personnes souffrant de problèmes de discours ou de langage : voilà le principe de Talkitt, une application israélienne qui pourrait transformer la vie des millions de personnes souffrant de troubles de la parole.

Concrètement, il s’agit de rendre compréhensibles des prononciations inintelligibles, dans n’importe quel langage, à l’aide d’un logiciel spécialisé.

Soyez informés en temps réel ! Suivez-nous sur...


 

L’avantage, c’est que ce dernier fonctionne sur n’importe quel smartphone, ordinateur ou tablette pour un coût par utilisateur de 20 $ par mois. Le succès des smartphones explique pour beaucoup ce tarif peu élevé. Au-delà du prix, c’est surtout que les smartphones ont permis l’arrivée de ces technologies de soins mobiles. Aujourd’hui, les innovations peuvent être diffusées plus rapidement et de façon plus massive.

Danny Weissberg, le créateur de l’application espère “réduire le fossé entre les personnes handicapées et leur entourage”. L’idée lui est venue en 2012, peu de temps après que sa grand-mère ai fait un AVC qui l’a malheureusement empêché de communiquer.

Weissberg, qui travaille depuis plus de 15 ans dans les industries de haute-technologie, a alors commencé à consulter des orthophonistes et autres spécialistes de ce domaine. Très vite, il a compris l’importance d’une telle innovation puisque près de 1,5% de la population mondiale souffre de troubles de la parole.

 

Certes, des solutions comme la surveillance des mouvements de la tête et des yeux existaient mais aucune ne permettait à l’individu d’utiliser un discours personnel et normal. Dans le détail, il faut noter que Talkitt fonctionne à l’aide d’un dictionnaire de sons qu’il associe à des mots ou des bruits. Ainsi, chaque son, aussi inintelligible soit-il obtient une sorte de “traduction” qui le rend compréhensible.

Grâce à cette technique révolutionnaire, le logiciel fonctionnerait pour les gens parlant une langue telle que l’anglais ou l’hébreu mais également pour un enfant autiste ayant “inventé” sa propre langue. Depuis son lancement, Talkitt a remporté plusieurs prix prestigieux comme le Fellows Phillips Innovation, ce qui lui a permis d’obtenir une exposition importante et un financement suffisant pour développer efficacement le projet.

Talkitt reste actuellement en phase de test à travers des partenariats avec des hôpitaux et des associations médicales. Le but, avoir accès à des enregistrements vocaux des personnes handicapées de la parole et de les tester à travers le système. Dans un second temps, la technologie entrera dans une seconde phase en fournissant le logiciel à ces hôpitaux avec l’idée de le rendre disponible pour des essais cliniques. Une fois la version actuelle validée, Weissberg aimerait perfectionner sa technologie. Il voudrait notamment que la prochaine version du logiciel soit en mesure d’apprendre de nouveaux mots automatiquement et que Talkitt puisse suggérer des mots.

Par ailleurs, le créateur de la start-up israélienne qui a également des bureaux à Boston, estime que des personnes atteintes de la maladie de Parkinson ou de la sclérose latérale amyotrophique pourraient commencer à utiliser Talkitt au moment même du diagnostic. Dès lors, si la parole se détériore, le logiciel ferait partie de la solution à un stade précoce.

 

 

Shares

RetweeTech

Rejoignez nos 2 763 abonnés et recevez nos derniers articles directement sur votre e-mail.