Israël : le cannabis pour réparer les fractures osseuses

Shares

D’après une étude menée par le Dr. Yankel Gabet du Laboratoire de Recherche sur les os du Département d’anatomie et d’anthropologie de la Faculté de médecine de l’Université de Tel-Aviv et le Prof. Itai Bab du Laboratoire des os de l’Université hébraïque de Jérusalem, décédé l’an dernier, l’administration du composant non-psychotrope du cannabis, le cannabidiol (CBD), contribue de manière significative à guérir les fractures osseuses; les os guéris grâce au cannabis seront même moins fragiles à l’avenir. L’étude a été publiée dans la revue “Journal of Bone and Mineral Research”.

Le cannabis, plus connu sous ses appellations courantes de marijuana ou de haschisch a été communément utilisé au cours des siècles dans les différentes sociétés comme remède médical. Mais son usage thérapeutique a été interdit dans la plupart des pays dans les années 1930 en raison de ses effets addictifs. Ces dernières années, les propriétés médicales du cannabis, pour soulager les symptômes de certaines maladies, comme la maladie de Parkinson, le cancer et la sclérose en plaques ont fait l’objet de nouvelles investigations scientifiques.

Soyez informés en temps réel ! Suivez-nous sur...


D’après l’étude de l’Université de Tel Aviv et de l’Université hébraïque, le CBD, même isolé du tétrahydrocannabinol (THC), principal composant psychoactif du cannabis, améliore le processus de guérison du fémur en huit semaines seulement. Pour les besoins de l’étude, les chercheurs ont comparé en laboratoire les effets de l’injection du CBD isolé avec celle d’une combinaison de CBD et THC. Ils ont constaté que le CBD utilisé seul possédait en lui-même le stimulus thérapeutique nécessaire à la guérison.

“Nous avons constaté que le CBD, même employé seul, renforce les os pendant la cicatrisation en améliorant la maturation de la matrice de collagène qui fournit la base d’une reminéralisation du tissu osseux” explique le Dr. Gabet. “Après avoir été traité par le CBD, les os guéris seront même moins fragiles à l’avenir.” “Le potentiel clinique des composés liés aux cannabinoïdes est à présent indéniable” affirme le Dr. Gabet. “Bien qu’il reste encore beaucoup de travail à faire pour développer des thérapies appropriées, il est clair qu’il est possible de séparer l’action thérapeutique clinique du cannabis de sa psychoactivité. Le CBD, qui est le facteur principal de notre étude, est essentiellement anti-inflammatoire et ne possède aucune influence sur le psychisme”.

Le Dr. Gabet explique que notre corps possède son propre système cannabinoïde, qui régule à la fois nos organes vitaux et les autres. “Si nous réagissons au cannabis, c’est parce que notre organisme contient lui-même des composés et des récepteurs qui peuvent être activés par les composants de la plante” dit-il. Les chercheurs ont constaté que le squelette lui-même est régi par des cannabinoïdes. Même l’absorption d’un composé non-psychogène agissant en dehors du cerveau est susceptible de l’affecter.

Dans des recherches antérieures, la même équipe avait découvert que les récepteurs cannabinoïdes de notre corps stimulent la formation des os et inhibent la perte osseuse. Ainsi s’ouvre la voie vers l’utilisation future de médicaments cannabinoïdes pour lutter contre l’ostéoporose et autres maladies osseuses. “Nous avons constaté que l’utilisation isolée du CBD était suffisamment efficace pour améliorer la guérison des fractures” conclue le Dr. Gabet. “D’autres études ont également montré que son emploi est sans danger, ce qui nous amène à penser que nous devons poursuivre cette voie vers des essais cliniques”.

Shares

Commenter cet article

commentaire(s) jusqu’à présent. Ajouter le votre...

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez nos 2 729 abonnés et recevez nos derniers articles directement sur votre e-mail.