Google investit dans les Start-ups israéliennes

Shares

Il était impossible de rater la direction de Google parmi les propriétaires israéliens de Start-ups en quête d’argent, qui se trouvaient dans un hangar à bateaux rouillés dans le port de Tel-Aviv Jaffa.

David Lawee, chef des fusions et acquisitions  chez Google, a utilisé la session de début Novembre, appelée “Le garage à Geeks”, pour compléter sa liste de contacts. «J’ai rencontré environ 100 entreprises israéliennes en deux jours, ce qui fut super efficace “, a t-il dit lors de conversations avec les entreprises, un évènement du style “speed-dating” organisé par le promoteur Yossi Vardi qui a initié le business local dans les multinationales.

Soyez informés en temps réel ! Suivez-nous sur...


Google a mis en place un programme de financement deux semaines plus tard pour les entrepreneurs israéliens, programme qui fait partie d’une accélération du soutien des Etats-Unis aux entreprises de technologie “fin 2011. Ce qui  incluait le rachat par Apple Inc d’une entreprise israélienne et ce,  pour la première fois, selon le journal d’affaires “Calcalist”.

Les investissements étrangers sont importants pour Israël où l’Industrie du High Tech représente 47% de l’exportation manufacturée et pourrait devenir une nouvelle source d’innovation pour les géants comme Google, grâce à la « Mountain View » : compagnie basée en Californie, puissante dans les technologies de Start-ups.

L’argent en provenance de Google et autres, semble décliner pour ce qui est du financement local ; c’est ce qu’indique Avi Sasson, leveur de fonds dans la recherche de technologie, en ajoutant que cela pourrait nuire à la croissance industrielle.

« Dès le moment où  les fonds de  capital venture israélienne n’aident pas, dès le départ, il n’y aura pas de nouvelles générations de sociétés pour les investisseurs étrangers qui n’investissent pas dans les trois ou quatre années  suivant  leur création, dit Koby Simana, Président du Centre de recherche  de Venture Capital  israélienne, lors d’une interview. « Les Start-ups israéliennes ne survivront pas sans venture capital israélienne ».

« Des 522 millions de $ qui ont été levés par des sociétés israéliennes de technologie au cours de trois premiers quarts de l’année,  96 millions de $ provenaient de fonds de capital venture privée, une chute de 40% en ce qui concerne le second quart, et de 12%  sur l’année précédente selon le centre de recherche. La proportion en provenance d’Israël à hauteur de 18%, était la plus basse depuis la création du centre couvrant l’industrie en 1999 », a dit Simana.

Beaucoup de fonds de capital risques israéliens, ont été incapables de lever des fonds, a cause de la récession mondiale,  et 2012 sera “cruciale” pour leur récupération, dit Simana dit. «Pour certains, ce sera ” ca passe ou ca casse” parce qu’ils n’ont pas levé de fonds depuis 2007 ou 2006 et si ils ne soulèvent pas d’argent cette ou l’année prochaine, beaucoup vont cesser de fonctionner”, a t-il dit.

Financement de l’Etat

Les allocations annuelle du gouvernement israélien ont été réduit de 1 milliard de shekels (262 millions de dollars) au cours de la dernière décennie, Sasson, qui supervise le ministère de l’Industrie, du financement, du développement et du commerce pour les entreprises locales, a déclaré ce mois-ci lors d’une conférence à Tel-Aviv. Cela représente une baisse de 56%  pour atteindre un budget annuel d’environ 800 millions de shekels.

Israël, avec une population semblable à la Suisse de 7,7 millions habitants, a été surnommé la «nation Start-up” dans un livre de Saul Singer et Dan Senor sorti en 2009. Le pays dispose de 64 entreprises au Nasdaq Stock Market, ce qui correspond au premier pays représenté en dehors des Etats-Unis.

L’Investissements de Google dans des entreprises naissantes israéliennes depuis deux ans englobent les rachats d’LabPixies, un développeur d’applications de jeu, pour 25 millions de dollars, et Quiksee, un logiciel d’affichage vidéo en ligne en trois dimensions, pour un prix non divulgué. Facebook Inc et eBay Inc sont d’autres exemples d’investisseurs américains qui ont acquis des biens en Israel.

Netanyahu sur Twitter

Le journal d’affaires “Calcalist” rapportait le 20 décembre qu’Apple rachetait la société Anobit Ltd. Le même jour, le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu avait affiché sur son compte Twitter un message de félicitation “pour votre première acquisition ici», sans nommer le nom de la société.

Start-ups “éclairs”

Le modèle israélien des Start-ups “éclairs”  peuvent encore prospérer même si les fonds du gouvernement baissent parce que les sociétés Internet ont besoin de petites quantités d’argent, dit Varti. La ville de Tel-Aviv a récemment ouvert un espace de travail pour les jeunes entreprises technologiques, a t-il dit.

L’événement “garage à Geeks”, a attiré 300 visiteurs étrangers, a déclaré Vardi.

“D’une certaine manière, le mot est que c’est là que chacun doit être”, a déclaré Vardi, qui est le co-président de la conférence mondiale et un investisseur fondateur de l’ancienne Ltd Mirabilis, ICQ, qui a développé le système de chat en ligne.

Les Cadres supérieurs de Seattle Amazon.com Inc, basée à Paris, Alcatel-Lucent ont été parmi les neuf bienfaiteurs potentiels.

«Lorsque vous établissez une connexion avec un entrepreneur qui est vraiment excité, si vous faites une affaire avec lui ou pas, cela fait partie du job”, a déclaré Lawee Google.

Washigton Post – Adaptation SiliconWadi.fr

Shares

Commenter cet article

commentaire(s) jusqu’à présent. Ajouter le votre...

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez nos 2 711 abonnés et recevez nos derniers articles directement sur votre e-mail.