L’écran du futur sera israélien

Shares

Une équipe de chercheurs sous la direction du Prof. Gil Markovich, directeur de l’Ecole de chimie de l’Université de Tel-Aviv, a développé un matériau flexible composé de fils nanométriques d’or et d’argent, à la fois transparents et conducteurs d’électricité, idéal pour revêtir les écrans des smartphones, des ordinateurs ou des téléviseurs, les rendant à la fois plus souples et plus résistants, et ce à moindre coût.

L’innovation, susceptible de créer une révolution sur le marché des écrans, sera présentée pour la première fois dans le cadre de la Conférence “Nano-Israël 2016” qui se déroulera les 22 et 23 février à l’Université de Tel-Aviv.

Soyez informés en temps réel ! Suivez-nous sur...


Je suis fier d’être à l’origine d’une innovation de nanotechnologie chimique qui possède tant d’applications pratiques” a déclaré le Prof. Markovich. “La souplesse et le processus de production simple de ces couches est une grande nouvelle pour l’industrie des écrans et pour les consommateurs”.

Les nano-fils métalliques conducteurs d’électricité qui s’assemblent en couche mince et transparente possédant à la fois la résistance du verre et la flexibilité du plastique vont constituer la base des écrans tactiles de la prochaine décennie. Le Prof. Markovich et son équipe sont arrivés à combiner des fils d’argent et d’or, dont les propriétés conductrices sont connues, pour créer un écran d’affichage flexible, stable et net, qui sera moins fragile que les écrans actuels, et moins coûteux.

“Les fils nanoscopiques d’or et d’argent semblent très éloignés les uns des autres, mais ils s’assemblent en fait étroitement pour former une sorte de feuille semblable au plastique. L’or est important pour le processus chimique particulier d’auto-assemblage nécessaire à la croissance des nano-fils ; il est également plus résistant à l’oxydation que l’argent” explique le Prof. Markovich.

Les écrans actuels de téléphone utilisent le verre et un certain composé appelé oxyde d’indium-étain (OIT), matériau rare dans la nature et dont le prix monte régulièrement. C’est pourquoi les producteurs lui cherchent aujourd’hui des alternatives, et certaines compagnies ont déjà commercialisé des nanofils d’argent. Mais c’est la “touche d’or” du Prof. Markovich qui fait la différence. L’or pur est hautement conducteur et extrêmement malléable. Les brins d’argent (90% du matériau) renforcent l’or (10%), qui empêche l’argent de se ternir, ou de s’oxyder.
Malgré l’utilisation de cette “touche d’or”, le coût de production de ce nouveau matériau est censé être beaucoup plus bas que les solutions existant actuellement sur le marché. De plus, son processus de production innovant, fondé sur l’auto-organisation des composants à l’intérieur du catalyseur liquide dans lequel croissent les nano-fils, rendu possible par l’utilisation de l’or, est particulièrement pratique à mettre en oeuvre.

Le projet du Prof. Markovich en est à sa phase de démarrage, mais il intéresse déjà des entreprises comme BASF et 3M. Son équipe de recherche a également obtenu un accord de travail avec la société sud-coréenne Nepes pour développer un revêtement conducteur transparent pour écrans plats.

La Conférence “Nano Israël 2016” lors de laquelle sera présentée cette nouvelle technologie est un congrès international présentant les principales innovations en nanotechnologie développées en Israël et leur potentiel commercial dans les domaines des matériaux, de la médecine, des applications mobiles, de l’aérospatiale, des semi-conducteurs, et autres industries innovantes. Elle réunira des investisseurs en capital-risque, des représentants de fondations institutionnelles et privées, des industriels, des responsables gouvernementaux ainsi que des universitaires et des chercheurs en provenance d’Israël et du monde entier.

Shares

RetweeTech

Rejoignez nos 2 781 abonnés et recevez nos derniers articles directement sur votre e-mail.