VIA, la pépite israélienne qui professionnalise le covoiturage

Via la pepite isralienne qui professionnalise le covoiturage
Shares

Cet article de Nathalie Hamou a été publié dans Les Echos, le 24 mai 2016.

Via, la pépite israélienne qui professionnalise le covoiturage

La start-up israélienne boucle une levée de 100 millions de dollars à laquelle devrait participer la SNCF.Forte de son succès à New York, Via affiche des ambitions mondiales pour sa solution technologique.

Soyez informés en temps réel ! Suivez-nous sur...


Depuis son bureau perché au 28e étage d’une tour de Tel-Aviv, Oren Shoval dispose d’une vue panoramique sur… les embouteillages qui paralysent la capitale économique israélienne. Une vision qui ne fait que renforcer dans ses convictions le cofondateur de Via. “Notre ambition est de révolutionner les transports en commun”, affirme tranquillement ce responsable, en charge de la technologie de cette start-up spécialisée en mobilité urbaine, mais dont l’expertise va au-delà d’un simple service de covoiturage. Créée en 2012, la jeune pousse qui a installé son siège à New York, piloté par l’autre cofondateur Daniel Ramot, tandis que son centre de R&D se situe à Tel-Aviv, fait partie des concepts les plus prometteurs du moment dans le domaine du transport collaboratif. De ceux qui attisent l’appétit des investisseurs en tout cas. Moins de deux ans et demi après le lancement de son service à Manhattan et Chicago, qui permet à 25.000 passagers au quotidien de partager leur trajet avec d’autres, la société vient d’annoncer un nouveau tour de table en série C de 100 millions de dollars.

La SNCF, via Keolis, rejoindrait le tour de table

Après avoir sécurisé un financement de 70 millions, elle doit boucler les 30 millions restants dans les semaines à venir. Pour ce faire, Via serait en discussion avancée avec Keolis, confirme un acteur majeur du capital-risque israélien. Début 2015, la filiale de la SNCF avait déjà investi dans le GPS des transports en commun Moovit, né lui aussi en Israël. Mené par le fonds Pitango Growth, C4 Ventures, Poalim Capital Market, le tour de financement auquel ont participé Ervington Investments (contrôlé par l’oligarque par Roman Abramovitch) ou 83North doit porter le total des investissements dans Via à 137 millions de dollars depuis sa création.

Basé sur un algorithme

A l’origine de cet engouement, le succès de…

Lire la suite sur LesEchos.fr

Les Echos / Nathalie Hamou

Shares

Commenter cet article

commentaire(s) jusqu’à présent. Ajouter le votre...

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez nos 2 648 abonnés et recevez nos derniers articles directement sur votre e-mail.