Innovation israélienne pour la cicatrisation des brûlures

Shares

Le Dr. Alex Golberg de l’Ecole Porter d’études environnementales de l’Université de Tel-Aviv a mis au point une nouvelle technologie prometteuse qui contrôle la prolifération des cellules de collagène à l’origine de la cicatrisation des brûlures graves. La nouvelle méthode, élaborée en collaboration avec des chercheurs de Havard et de l’hôpital Rainers pour les grands brûlés, pourrait réduire de manière significative l’étendue des cicatrices produites pendant la guérison des brûlures et éviter des souffrances à des millions de personnes dans le monde entier. L’étude a été publiée le 5 juillet 2016 dans le Journal of Investigative Dermatology.

Les victimes de brûlure qui ont survécu au traumatisme initial doivent cependant faire face toute leur vie aux cicatrices, à l’origine de problèmes physiques, psychologiques et esthétiques. Les chercheurs du monde entier ont développé et testé de nombreuses approches pour le traitement de ces angoissantes séquelles: enlèvement chirurgical, traitement au laser, par faisceau d’électrons, pansements compressifs, feuilles de silicone, etc…, mais avec très peu de succès.

Soyez informés en temps réel ! Suivez-nous sur...


“Le corps réagit au traumatisme des brûlures par la prolifération très rapide de cellules fibroblastes qui produisent le collagène afin de recouvrir la zone touchée”, explique le Dr Golberg. “Mais le processus de guérison naturelle conduit à la production d’un tissu dermique excessif et trop épais, qui constitue en fait la cicatrice. Nous avons développé une nouvelle méthode non-invasive permettant le contrôle de ce processus, susceptible de réduire considérablement l’étendue des cicatrices”.

La nouvelle méthode, qui utilise une technologie connue sous le nom de pIRE (électroporation irréversible partielle), est fondée sur l’exposition de la peau affectée à des champs électriques à haute tension à impulsions très courtes. “La cicatrisation suite à une brûlure est un mécanisme complexe qui implique une activité inflammatoire et des aspects métaboliques, et notre méthode intervient dans ce processus”, explique le Dr Golberg. “Nous pensons que les impulsions électriques appliquées sur la peau en cicatrisation affectent irrémédiablement une partie des cellules qui produisent le collagène, réduisant ainsi la formation de la cicatrice. Cependant, pour obtenir des résultats optimaux, il est très important de trouver le dosage exact et précis. Une surexposition pourrait créer une nouvelle blessure inguérissable sur la peau, alors qu’une exposition trop faible ne permettrait pas d’enrayer le processus naturel de ‘guérison excessive’ “.

Testée en laboratoire, la nouvelle méthode eu des résultats très encourageants, évalués au moyen d’une méthode d’imagerie innovante, développée à l’hôpital Massachusetts General aux Etats-Unis : le traitement a entraîné une réduction de près de 60% de la superficie des cicatrices.

Après le succès des recherches en laboratoire, les chercheurs envisagent la prochaine étape: la construction d’un appareil approprié ainsi que des essais cliniques, qui feront bénéficier les personnes en convalescence de brûlures de cette approche novatrice.

“La méthode de l’exposition aux champs électriques a un grand potentiel pour la prévention des cicatrices, et le traitement d’autres problèmes de peau”, conclut le Dr. Golberg. “Il s’agit d’une approche innovante, efficace et non invasive, initialement développée pour traiter une gamme de maladies dégénératives de la peau. Dans des études précédentes, nous avons montré qu’elle était également efficace pour la désinfection des plaies infectées après des brûlures, et des procédures cosmétiques, comme le traitement de diverses imperfections ainsi que le renouvellement et le rajeunissement de la peau “. L’étude a été réalisée avec le soutien de la Fondation Rainers, qui finance les recherches sur brûlures chez les enfants.

Shares

Commenter cet article

commentaire(s) jusqu’à présent. Ajouter le votre...

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez nos 2 731 abonnés et recevez nos derniers articles directement sur votre e-mail.