UTA : une Smartwatch capable d’authentifier les signatures manuscrites

Shares

Alona Levy, étudiante en maîtrise du Département de génie industriel de l’Université de Tel-Aviv a développé, sous la direction du Dr. Erez Shmueli, et en collaboration avec le Prof. Yuval Alovitz de l’Université Ben Gourion et son doctorant Ben Nassi, un logiciel qui permet aux montres intelligentes de vérifier l’authenticité de la signature manuscrite de ceux qui les portent.

La signature sur surface numérique ou à l’aide d’un stylo électronique remplace de plus en plus souvent la signature manuscrite, mais elle ne peut être utilisée dans le cas de contrats, ni pour les chèques, reçus et autres documents officiels. Dans ces exemples le problème de la falsification subsiste. Le nouveau logiciel va pouvoir transformer n’importe quel Smartwatch en un authentificateur de signatures manuscrites en temps réel.

Soyez informés en temps réel ! Suivez-nous sur...


D’après les chercheurs, une personne sur six utilise déjà une Smartwatch, et le marché devrait atteindre 373 millions d’appareils en 2020. La montre intelligente constitue donc un support pratique et disponible pour le nouveau logiciel. Celui-ci a été testé avec succès sur 66 étudiants de premier cycle de l’Université de Tel-Aviv, qui ont été invités à fournir 15 échantillons de leur signature personnelle sur une tablette Samsung, en utilisant le stylo numérique de l’appareil et alors qu’ils portaient une montre intelligente de type Microsoft Band au poignet de la main qui écrit.

On leur a ensuite présenté une série de signatures d’un autre étudiant, en leur demandant de s’entraîner à la falsifier. Les résultats ont été encourageants à la fois dans le cas de la falsification qualifiée, tentative délibérée de copier la signature de quelqu’un, et dans celui de la falsification aléatoire, fait d’écrire son nom ou un nom inventé à la place du nom de quelqu’un d’autre.

Le logiciel, fondé sur des algorithmes d’apprentissage automatique mis au point par l’équipe de recherche, utilise les données correspondant aux mouvements du poignet détectés par les capteurs de la montre, accéléromètres ou gyromètres, pendant le processus de signature et a appris à distinguer entre les signatures authentiques et les fausses.

L’utilisation d’un dispositif porté sur le poignet, Smartwatch ou montre cardio présentent des avantages par rapport aux autres appareils, car il mesure les mouvements de l’ensemble du poignet et pas seulement d’un seul doigt ou de l’avant-bras. Des études récentes avaient déjà examiné la possibilité d’utiliser des données de mouvement pour identifier les utilisateurs, mais il s’agit de la première application de cette option aux signatures manuscrites. Les chercheurs ont déposé une demande de brevet sur le logiciel.

Shares

Commenter cet article

commentaire(s) jusqu’à présent. Ajouter le votre...

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez nos 2 730 abonnés et recevez nos derniers articles directement sur votre e-mail.