Israël, retour sur la naissance et l’expansion d’une start-up nation

Shares

Cet article d’Emmanuelle Ducros a été publié dans L’Opinion, le 16 mai 2017

Israël, retour sur la naissance et l’expansion d’une start-up nation

En vingt-cinq ans, Israël s’est imposé comme la Terre promise des start-up, un chœur bien réglé entre l’armée, l’université et les grandes sociétés étrangères, orchestré par un État qui donne le tempo.

Soyez informés en temps réel ! Suivez-nous sur...


Son père fut l’homme d’État que l’on sait. Chemi Peres, fils de Shimon, construit son pays à sa façon. Il fut, en 1993, le cofondateur du fonds d’investissement Pitango. Avec 1,8 milliard de dollars sous gestion et des participations dans 210 entreprises israéliennes, ce dernier dispose d’une vue imprenable sur la nouvelle économie israélienne. Et quel paysage ! 13 000 entreprises technologiques, 6 000 au stade de start-up qui bénéficient 6 milliards de dollars de financements par an.

Ni plus ni moins qu’une “seconde Silicon Valley”, selon Chemi Peres. “Nous sommes un petit pays, sans ressources naturelles. Il nous a, dès le début, fallu innover pour irriguer nos cultures. Innover militairement dans un environnement hostile. Nous avons aussi dû penser plus loin que nos frontières, parce qu’un pays de 8 millions d’habitants, isolé, ne constitue pas un marché.” Aujourd’hui, Israël fait figure de modèle pour la création d’un écosystème high-tech à partir de rien. Celui-ci génère la moitié des exportations du pays et emploie 10 % des actifs. “Cela a commencé dans les années 1980, alors que l’économie était exsangue. Désormais, on se bouscule pour visiter nos accélérateurs et comprendre quelles sont les composantes de notre start-up nation”…

Lire la suite sur L’Opinion.fr

L’Opinion / Emmanuelle Ducros

Shares

Commenter cet article

commentaire(s) jusqu’à présent. Ajouter le votre...

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez nos 2 711 abonnés et recevez nos derniers articles directement sur votre e-mail.