200 ans de gaz naturel découvert en Israël

israel_gaz

Des ressources naturelles limitées ont historiquement contraint Israël à se fournir en gaz et hydrocarbures depuis l’Egypte. Mais depuis 2009, de stupéfiantes découvertes de gisements offshores (au large des côtes) de gaz naturel: Tamar, Dalit et Léviathan, estimés a 25 trillions de pieds cubes de ressources, vont anéantir la dépendance d’Israël sur le gaz naturel importé et réduire considérablement sa consommation d’hydrocarbures.

Le passage du secteur énergétique israélien du charbon importé vers le gaz naturel local, devrait certainement révolutionner la production d’énergie en Israël, profiter à améliorer la balance commerciale israélienne en reduisant la part des importations, et permettra également de réduire de façon spectaculaire les émissions de dioxyde de carbone. 

Il va sans dire que la nouvelle fait des émules dans la région. Si Israël est parvenue à signer un accord avec tous ses voisins, le Liban débat de la souveraineté de ces gisements tandis que l’Egypte porte atteinte à la sécurité économique et énergétique d’Israël.

Petit retour aux sources.

En 2005, un accord conclu avec Le Caire sous l’impulsion de Hosni Moubarak, ancien président égyptien, prévoyait pour l’Egypte des relations préférentielles envers l’Etat d’Israël en matière de gaz.

Or suite aux contestations populaires plus communément connues sous le nom de Printemps arabe, la dissolution du Parlement égyptien et la suspension de la Constitution qui mirent un terme au régime d’Hosni Moubarak, l’Egypte est devenue davantage islamiste. Même si ces nouveaux dirigeants égyptiens plaident en faveur d’un maintien du traité de paix avec Israël, plusieurs groupes radicaux s’efforcent de vouloir faire plier le nouveau president Mohamed Morsi pour cesser toutes les exportations de gaz vers Israël. Yuval Steinitz, ministre israélien des Finances a assuré à l’Egypte qu’Israël était prête à mettre le prix pour ne pas faire d’ombre aux relations énergétiques des deux pays. Et des terroristes égyptiens de répondre en bombardant plus d’une douzaine de fois les gazoducs du Sinaï qui font la liaison entre l’Egypte et Israël.

Une découverte très convoitée

Mais ces derniers mois, les gisements de gaz naturel ayant été identifiés au large d’Israël représentent les plus importantes richesses en hydrocarbures découvertes depuis dix ans dans le monde. Ces gisements se situent à parfaite équidistance entre les côtes chypriotes et israéliennes. Aucun gisement ne borde les côtes libanaises. Et pourtant, ces gisements sont revendiqués par le Liban voisin.

Des accords on ne peut plus sereins ont été signés entre Chypre et Israël, révélant des intérêts étroitement convergents. Le Liban dispute cet accord et revendique les territoires maritimes qui appartiennent clairement aux Etats de Chypre et d’Israël. Certains sont convaincus que les motivations libanaises sont en majeure partie économiques. D’autres craignent que le gouvernement libanais cherche encore une nouvelle justification territoriale pour déclencher, une fois de plus, un conflit armé avec Israël. Tout particulièrement, la question de l’énergie a levé des inquiétudes que le Hezbollah – organisation unanimement reconnue comme terroriste par l’Union européenne – profite d’un éventuel différend maritime pour lancer des attaques de roquettes contre les gisements de gaz israélo-chypriotes.

Espérant reproduire la reussite israélienne en découvrant de nouvelles ressources énergétiques, Chypre, le Liban et la Syrie ont ouvert le calendrier des enchères pour le permis d’exploration d’huile et de gaz. Chypre et la Syrie prévoient de mettre aux enchère leur permis à la fin de cette année. Quant au Liban, la question demeure plus complexe.

Israël est en passe de devenir un nouvel Eldorado énergétique

Israël sera-t-elle une puissance exportatrice de gaz naturel ? Actuellement, il est encore trop tôt pour le savoir. Si les ressources estimées sont justes, les nouveaux gisements découverts permettront très certainement à Israël de devenir un exportateur de gaz naturel. De nombreux facteurs déterminent la faisabilité des exportations : croissance de la demande domestique, la question de la sécurité de ces ressources, les questions de liquéfaction et de transport, l’excès d’offre mondiale de gaz naturel, et la géopolitique concernant le gazoducs.

Noble Energy, la société americaine ayant acquis le droit d’explorer et d’exploiter les gisements de Tamar, Dalit et Léviathan (et d’autres), a des vues sur la possibilité de bâtir une usine de liquéfaction, certainement à Chypre dans le but d’en faire profiter d’autres découvertes potentielles dans les eaux chypriotes. Aucune décision officielle n’a ete proclamée. 

Ces découvertes pourraient répondre aux besoins énergétiques des israéliens au cours des deux siècles à venir.

Commenter cet article

commentaire(s) jusqu’à présent. Ajouter le votre...

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez nos 1 777 abonnés et recevez nos derniers articles directement sur votre e-mail.

Demande de republier cet article

Remplissez ce formulaire et cet article sur sera envoyé par e-mail.






Le nom du site où vous souhaitez de republier cet article

J'accepte d'indiquer la source et le lien de l'article
d'origine pour chaque utilisation des articles de siliconwadi.fr

fermer