Le gaz israélien : un jeu de pouvoir complexe

Shares

Le géant gazier Russe Gazprom est un candidat de premier plan pour investir dans le gisement de gaz Léviathan (situé à 130 kilomètres au large des côtes de Haïfa). En effet, Gazprom a présenté la meilleure proposition à l’occasion de l’appel d’offre recherchant des partenaires stratégiques qui apporteront capitaux et savoir-faire. Cependant, selon les acteurs des négociations, il existe des divergences entre Gazprom et l’actionnaire américain Noble Energy Inc., ainsi qu’avec les partenaires israéliens Delek Group Ltd., et Ratio Oil Exploration (1992) LP.

Bien que les Israéliens, dirigés par Yitzhak Tshuva du groupe Delek, soient enthousiasmés par la proposition de Gazprom en raison de sa puissance géopolitique, Nobel Energy préfère un partenaire occidental, même à des conditions qui ne sont pas aussi bonnes que celles offertes par le géant russe.

Soyez informés en temps réel ! Suivez-nous sur...


Une affaire qui fait parler d’elle….

Le processus de choix d’un partenaire stratégique pour Léviathan est l’affaire la plus intrigante et critiquée dans l’industrie du gaz et du pétrole en Israël cette année. Léviathan est considéré comme la plus importante découverte de gaz en eaux profondes au monde et est estimé à 5 milliards de dollars. Mais sa valeur sous-estimée peut réserver de bonnes surprises évaluées à des dizaines de milliards de dollars.

Le processus d’appel d’offre, qui devrait être achevé dans les deux mois, a été traité dans le plus grand secret.

Selon certaines sources ”Les partenaires ont obtenu la permission d’Israël Securities Authority de ne divulguer aucune information sur l’identité des entreprises qui participent au processus. La raison principale est que cela peut porter préjudice aux intérêts de ces entreprises dans le monde arabe. “Les entreprises sont prêtes à accepter les conséquences uniquement s’ils deviennent un partenaire de Léviathan, et ils ne veulent pas perdre leurs positions actuelles”, a déclaré une source impliquée dans le processus.

 

Gazprom : un outil géopolitique

Les entreprises en concurrence pour investir dans Léviathan sont classées suivant quatre critères: l’expertise dans le développement de gisement de gaz et les usines GNL (gaz naturel liquide) pour exporter le gaz, la capacité à assurer sa part de financement pour développer le réservoir, les clients pour le gaz et la taille de l’offre.
Le dernier critère, le prix, place apparemment Gazprom en tête. Le géant russe n’a pas de problème concernant les autres critères, y compris l’expertise et l’expérience en exploitation des installations GNL.

Mais une entreprise comme Gazprom ne peut pas être mesurée uniquement sur la base de critères professionnels. Il s’agit d’un outil géopolitique pour le Kremlin, et certains dirigeants russes ont occupé des postes à hautes responsabilités dans l’entreprise. Par exemple, l’intérêt de Gazprom pourrait être de s’assurer que le gaz de Léviathan reste au fond de la mer pour entraver la concurrence au gaz russe sur les marchés européens.

Un autre avantage stratégique de partenariat avec Gazprom est sa capacité géopolitique pour développer de nouveaux marchés, et de dissuader quiconque d’attaquer les installations dans lesquelles il est partenaire.

Il s’agit d’une préoccupation majeure du gouvernement israélien. Ces craintes se sont apaisées en grande partie lors de la visite du président russe Vladimir Poutine en Israël en Juin. Cela a conduit Israël à comprendre que Gazprom pouvait devenir un partenaire à part entière.

“Gazprom ne vit pas sur la lune… Il n’a pas l’intention d’investir des milliards dans un réservoir juste pour empêcher les exportations. Il veut vraiment développer de nouveaux marchés, en plus du marché européen. L’enquête ouverte de l’UE contre Gazprom montre que ce n’est pas un monstre.” , a déclaré un responsable israélien.


Shares

RetweeTech

Rejoignez nos 2 902 abonnés et recevez nos derniers articles directement sur votre e-mail.