Israël : Dans les coulisses du programme antimissile

Shares

Les récents affrontements par missiles et roquettes interposées entre le Hamas et Israël lors de l’opération “Pilier de défense”, ont dévoilé à la face du monde le dispositif ingénieux conçu par l’Etat d’Israël et les entreprises du secteur de la défense impliquées, un programme antimissile dernier cri. Ce dispositif vise à garantir la sécurité des populations résidant à l’intérieur du territoire israélien – rappelons-le, toutes les populations, indépendamment de leurs pratiques religieuses ou de leurs groupes ethniques – en cas d’attaque de missiles, roquette ou par le biais de tout autre engin balistique.

Ce qu’on sait moins, c’est que ce dispositif doit à terme, mettre en oeuvre trois types de technologies de missiles antimissiles, selon la portée et le rayon d’action des engins balistiques dressés contre le territoire israélien. 

Soyez informés en temps réel ! Suivez-nous sur...


Car on ne combat pas les roquettes d’une portée de quelques dizaines de kilomètres de la même manière que les missiles balistiques longue portée, susceptibles d’être lancés par un état belligérant, à plusieurs centaines de kilomètres de là. Trois systèmes de missiles antimissiles sont donc mis en oeuvre:

  • Le “dôme de fer” est utilisé contre les engins balistiques de faible portée (inférieure à 70km). Il est la cheville ouvrière du “dôme de fer”, et a fait preuve d’une remarquable efficacité, avec 90% de résultats positifs. Quatre entreprises interviennent dans son développement, principalement Elta (filiale d‘IAI) pour la partie radar, et Rafael pour le lanceur Tamir.
     
  • L'”Arrow”  a pour mission d’intercepter les missiles balistiques longue portée (supérieure à 300km). Autrefois développé par IAI, il est aujourd’hui le fruit d’une coopération entre de nombreuses entreprises américaines (Boeing, Raytheon, Lockjeed Martin) et israéliennes (IAI, Rafael, Tadiran, Elta) sur les versions Arrow II et Arrow III, suite à un accord datant de 2003.
     
  • Enfin, la “Baguette magique” (Magic Wand ou שרביט קסמים) ou la “fronde de David” (David’s Sling ou קלע דוד) constitue la défense contre les menaces de portée intermédiaire, entre 70 et 300 km de portée. Ce système est développé conjointement par Rafael et Raytheon, suite à un accord datant de 2008. C’est ce troisième élément qui devrait entrer en service en 2013, et pour lequel Israël s’apprête à procéder aux premiers tests dans des conditions réalistes, dans les prochains jours.
 

L’intercepteur de missiles, appelé Stunner, est une petite révolution en soir, au niveau de ses caractéristiques:

  • c’est un missile à deux étages, capable d’intercepter des missiles évoluant à des vitesses élevées, et au-dessus des territoires ennemis, limitant le risque de retombées sur le territoire défendu
  • c’est un engin conçu pour être flexible, et adaptable à de nombreuses configurations de lanceurs ou d’infrastructures 
  • il est doté de systèmes de guidages très sophistiqués, lui permettant de modifier sa trajectoire dynamiquement: il trace sa route de manière furtive, à faible altitude, avant d’intercepter sa cible à haute altitude

Le développement de tels programmes de défense, mettant en oeuvre la coopération entre entreprises israéliennes et américaines, n’est pas une nouveauté. Malgré les réticences américaines, il pourrait faire l’objet de transferts de technologies au travers de la vente de certains éléments du dôme de fer, par exemple, à l’Inde ou à la Corée du Sud, dont les stratèges envisagent les mêmes types de développements des armements, à terme.

Une fois encore, le grand absent s’appelle … l’Europe.

Shares

RetweeTech

Rejoignez nos 2 929 abonnés et recevez nos derniers articles directement sur votre e-mail.