Une chercheuse israélienne développe pour Microsoft une formule pour prédire l’avenir

Shares

Le Technion et Microsoft seraient-ils en mesure de pouvoir prédire l’avenir ? Oui, et avec un taux d’exactitude qui avoisine les 90%.

Le journal Technology Review édité par le MIT indique que des chercheurs de Microsoft et de l’Institut israélien de Technologie Technion ont mis au point un logiciel qui aurait la capacité de pouvoir prédire les catastrophes futures, grâce à une analyse du présent et des évènements passés.

Soyez informés en temps réel ! Suivez-nous sur...


Le Technion et Microsoft, associé dans un projet commun, ont utilisé et analysé un très grand nombre de données afin de prédire des phénomènes pouvant se produire dans le futur tels que les catastrophes naturelles, les grands mouvements de violence ainsi que les maladies et autres grands fléaux, et ce, avec un exactitude qui atteint les 90%.

Des résultats impressionnants qui ont été obtenus grâce à un système capable de prédire des évènements historiques, en utilisant des données antérieures.

Des prédictions scientifiques plus précises que celles faites à partir de l’expertise humaine, de suppositions ou d’intuitions.

Eric Horvitz, scientifique émérite et co-directeur de Microsoft Research et Kira Radinsky, une chercheuse du Technion ont ainsi relevé plus de 20 ans d’archives du New York Times de 1986 à 2007, ainsi que de nombreuses autres sources tirées du web. En particulier, le système DBpedia, qui structure les informations de Wikipédia sous forme de base de données exploitable, pour transformer ensuite ces données en prédiction du futur.

Le système a, lors de ces recherches, détecté des corrélations entre les catastrophes climatiques telles que la sécheresse en Afrique et des évènements tels que les épidémies de choléra.

Ainsi, le logiciel d’analyse aurait permis (rétroactivement dans des simulations) de prévenir le risque d’une épidémie de choléra en Angola, suite aux sécheresses connues par le pays en 2006.

De même en 2007, le risque d’une épidémie de choléra aurait été signalé après d’importantes tempêtes en Afrique, et la maladie a effectivement été détectée une semaine plus tard.

Dans des tests impliquant des prévisions de maladies, violences et un nombre significatifs de morts, les avertissements du système étaient corrects entre 70 et 90 % du temps“, indique le MIT.

Horvitz déclare que le projet n’en est qu’à ses débuts. Il est optimiste quant à une version améliorée qui pourrait aider les experts des organismes gouvernementaux à planifier des interventions humanitaires. “Au-delà de fournir des modèles prédicatifs ou donner l’alerte suite à des résultats et probabilités obtenus sur base d’archives, le système fournira des conseils lorsque les résultats obtenus iront à l’encontre de l’avis d’experts“.

“Le programme pourrait bénéficier aux organismes et les aider à répondre plus rapidement aux crises”, a ajouté Horvitz.

L’un des principaux problèmes de ces organismes est le déploiement d’infrastructure en zone de crise. Elles perdent un temps considérable à envoyer du matériel censé venir en aide aux personnes. Grace à ce nouveau système, les organisations humanitaires pourront être mieux préparées et seront en mesure de prévoir les effectifs, le matériel, la quantité de nourriture nécessaires pour leur interventions en zones sinistrées.

Horovitz et Radinsky désirent continuer à tester leur système en analysant encore plus d’archives. Jusqu’à présent, Microsoft n’a pas prévu commercialiser leur recherche.

Ce logiciel serait-il également en mesure de prédire l’avenir en matière d’économie mondiale ? Ce serait de bon augure pour la conjoncture économique actuelle.

Shares

RetweeTech

Rejoignez nos 2 923 abonnés et recevez nos derniers articles directement sur votre e-mail.