La technologie israélienne MISSTOW séduit l’Union Européenne

Misstow

Une nouvelle technologie israélienne, permet de traiter les déchets provenant des vignobles, des fabriques d’huile d’olive et des fromageries. Les déchets recyclés produisant du biogaz et de l’eau pour l’irrigation.

Ce projet a été développé par la compagnie d’eau israélienne Peleg Hagalil en collaboration avec Migal, l’institut de recherche technologique de Galilée. Cette mini station d’épuration, appelée MISSTOW – Système mobile pour le traitement des eaux usées se destine à traiter les déchets biologiques provenant d’entreprises agricoles.

En Europe et en Amérique du Nord, le nombre de fermes biologiques et de vignobles est en pleine croissance; un problème récurrent de ce type d’activité consiste à savoir quoi faire des déchets que les égouts ne peuvent épurer.

La question ne se pose pas pour les grandes usines d’huile d’olive, les vignobles et les fromageries, qui construisent en général leurs propres systèmes de traitement des eaux usées, mais les petites exploitations se heurtent au problème du coût élevé de ces installations. De ce fait, il n’est pas rare que les propriétaires en soient réduits à polluer l’environnement plutôt que de procéder au recyclage de ces eaux usées.

Ce problème environnemental est tellement répandu, que l’Union européenne a contribué au financement de cette technologie israélienne. MISSTOW, est un système mobile qui gère le traitement des déchets et peut être partagé entre plusieurs exploitations ou avec des coopératives agricoles afin de réduire le coût de l’investissement.

“L’Union européenne comprenant le bienfait du projet est intéressée par l’investissement dans ce secteur. Nous offrons une solution réelle à un problème que nous avons identifié “, dit Eddie Schossev de Peleg Hagalil. Sa compagnie a financé la moitié du projet pour développer le prototype MISSTOW créé au centre Migal. 

«Notre solution est fondée sur un système qui peut être transféré ou déplacé d’un endroit à un autre. Si vous construisez une raffinerie vous construirez ou investirez dans votre propre solution de traitement des déchets, mais si vous êtes une petite entreprise, il ne serait pas rentable de construire votre propre système.”

Schossev explique que des déchets biologiques provenant de l’agriculture sont déversés dans les égouts des usines et endommagent le processus de traitement des eaux usées. Les déchets interfèrent avec les bactéries qui doivent décomposer le déchet lui même. Les fabriques d’huile d’olives et de vins ne peuvent pas déverser leurs déchets sur la terre, parce qu’ils sont nocifs pour les eaux souterraines.

En Israël, la conséquence des déversements illégaux, en particulier ceux provenant des fabriques d’huile d’olive autour des petits villages de Galilée où le sens moral face à l’environnement peut parfois faire défaut, peut mettre en danger le système de traitement des déchet, car il faut du temps pour que les bactéries s’y adaptent.

“Nous avons affaire à des populations très diverses ici en Israël – juive, arabe, druze – et et toutes sortes de systèmes. La variété des infrastructures est immense et fait défaut dans certains endroits “, dit Schossev, dont la société vise à changer la façon dont les petites entreprises traitent leurs déchets.

Les chercheurs de Migal, le professeur Giora Rytwo, le professeur Iggy Litaor, et le docteur Hassan Azaizeh ont développé cette technologie à trois étapes.

Dans la première étape, le système MISSTOW dépose les déchets organiques, séparant les polymères et l’argile. Dans la deuxième étape, une bactérie unique “fixe” le déchet pour  le bio-carburant. Pour finir, les eaux usées sont traitées en interne dans une « zone humide» – le tout est contenu dans l’unité mobile.

MISSTOW traite en toute sécurité les déchets agricoles.

Les chercheurs estiment que MISSTOW sera en mesure de traiter 20 mètres cubes d’eau par jour, mais les tests sur le terrain au vignoble Dalton, et dans les fabriques d’huiles d’olive ailleurs en Israël, donneront aux chercheurs des précisions supplémentaires sur la façon dont le système va faire face aux différents types et concentrations de bio-déchets.

L’entreprise est à la recherche d’investisseurs pour amener la technologie du stade de prototype à celui de produit à part entière. Il est prévu que ce système soit vendu directement aux revendeurs ou sous licence aux concepteurs qui souhaiteraient en disposer dans leur plateforme technologique.

L’année prochaine, les coordinateurs du projet mettront en place des systèmes pilotes MISSTOW en Europe, pour en prouver l’efficacité. La coordination se fera probablement par l’intermédiaire des deux partenaires européens de MISSTOW: l’Université de Patras en Grèce et le CETENMA, Centre technologique de l’énergie et de l’environnement en Espagne.

Commenter cet article

commentaire(s) jusqu’à présent. Ajouter le votre...

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez nos 1 700 abonnés et recevez nos derniers articles directement sur votre e-mail.

Demande de republier cet article

Remplissez ce formulaire et cet article sur sera envoyé par e-mail.






Le nom du site où vous souhaitez de republier cet article

J'accepte d'indiquer la source et le lien de l'article
d'origine pour chaque utilisation des articles de siliconwadi.fr

fermer