Les géants de la technologie choisissent Israël pour leur R&D

Shares

L’association représentative de la HighTech en Israël (IATI Israël Advanced Technologies Industries) a organisé une conférence, à l’occasion du 65ème anniversaire de la création de l’Etat, pour présenter les centres de Recherche & Développement israéliens des plus grandes multinationales. 17 responsables de ces entreprises sont venus parler de leurs innovations conçues en Israël, et de leurs contributions aux succès de leurs groupes.

Si Israël est connue comme la “Start-Up nation”, le pays est aussi une terre d’accueil pour de nombreuses multinationales, qui ont choisi d’y installer des centres et laboratoires de recherche. Les activités israéliennes des entreprises multinationales sont le 2ème pilier de la high tech israélienne, après les Start-ups, et les chiffres sont éloquents.

Soyez informés en temps réel ! Suivez-nous sur...


250 multinationales ont des centres de R&D en Israël; elles sont américaines pour les deux tiers. La plupart se sont implantées en achetant des Start-ups sur place; Siliconwadi a d’ailleurs relaté plusieurs de ces opérations, initiées par EMC, Cisco ou Facebook. En 2011, ces achats ont représenté près de 5 milliards de dollars, pour 83 entreprises.

Intel a été le pionnier dans ce domaine. Installé depuis 1974, le centre de recherche de Haïfa a participé au développement des plus importants processeurs de la marque, depuis le 8088 qui a équipé le premier PC d’IBM, jusqu’aux Sandy Bridge et Ivy Bridge installés dans les laptops plus récents, en passant par les célèbres Pentium et Centrino des années 1990 et 2000. Avec ses usines de fabrication, notamment celle de Kyriat Gat, Intel Israël emploie 8000 personnes, ce qui en fait la plus importante société high tech en Israël. Ses exportations représentent 10% des exportations totales d’Israël, et un tiers des exportations vers la Chine, où sont assemblés les ordinateurs pour HP, Dell ou Lenovo.

Vient ensuite HP, avec 6000 employés, et une longue liste d’acquisitions dans les systèmes d’impression, comme Indigo en 2001 et Scitex en 2006. Ces acquisitions ont formé la base pour les 7 centres de R&D de HP, qui sont responsables de 55% de toutes les applications logicielles de HP, au niveau mondial. Selon Raffi Margaliot, le patron de HP Israël, les capacités d’innovation de son entreprise représentent un modèle pour les filiales de HP du monde entier, qui viennent les étudier sur place.

Marvell Technology est un groupe moins connu que Intel. Fondé en 1995, c’est pourtant un leader dans le design et le marketing des processeurs, avec 1 milliard de pièces vendues. Avec 1200 employés, la filiale israélienne de Marvell représente 20% des effectifs du groupe. Ce centre est le plus important de la société en dehors des Etats-Unis; il s’est construit à partir des cinq acquisitions de Marvell en Israël. Marvell a de plus, la particularité d’avoir été fondée par un groupe d’ingénieurs d’origine indonésienne : ils ont grandi dans la plus grande nation musulmane du monde, puis ont fait leurs études supérieures aux Etats-Unis.

A l’exception des Etats-Unis, Israël est le seul pays dans lequel Apple dispose de centres de R&D. En 2013, Apple a ouvert son troisième centre de R&D en Israël. Auparavant, il avait acquis la Start-up israélienne Anobit qui améliore la technologie des mémoires flashs.

Samsung, est installé à Ramat Gan, depuis cinq ans et le rachat pour 70 millions de dollars, de l’entreprise israélienne Transchip, spécialisée dans la conception de capteurs d’images. Au mois de février 2013, lors d’une conférence de presse, les dirigeants du géant coréen ont déclaré être extrêmement satisfaits des performances de ce centre de Ramat Gan, et ont annoncé l’ouverture de leur nouveau centre international d’innovation et de stratégie, en Israël.

General Electric vient aussi d’ouvrir un centre de R&D en Israël. Le groupe y est déjà très présent dans le matériel médical. Pour sa part, le centre de R&D travaillera sur les logiciels, en particulier sur l’utilisation d’internet dans l’industrie et l’aviation, à travers des applications de big data et de sécurité.

Dans l’internet, les principaux noms sont bien entendu en Israël. Google s’y est installé en 2006 : le centre de R&D de Haïfa est à l’origine de la fonction Google suggest, qui propose des suggestions lors des recherches. Les nouveaux locaux de Google à Tel-Aviv impressionnent par leur aménagement spectaculaire. Yahoo est également à Haïfa. Le Yahoo Lab d’Israël est dirigé par le Pr Yoëlle Maarek, qui était précédemment en charge de la R&D chez Google à Haïfa. Yoëlle Maarek est une ingénieure d’origine française, diplômée de l’Ecole des Ponts et Chaussées et titulaire d’un PhD du Technion, qui a fait la première partie de sa carrière pour IBM aux Etats-Unis, puis en Israël. Cette brillante chercheuse est une exception dans l’univers très masculin et américanisé de la high tech israélienne.

Microsoft est en Israël depuis 1991. Le centre de R&D a été ouvert en 2006. Il a maintenant 2 implantations importantes, à Herzliya Pituah et Haïfa, où plusieurs centaines d’ingénieurs travaillent dans de nombreux domaines. Les outils de reconnaissance de mouvement de la console de jeux Kinect ont par exemple été développés en partie à Haïfa. Microsoft a lancé un programme dénommé Microsoft Accelerator, destiné à aider des Start-ups à se développer, en mettant à leur disposition des espaces de travail, des outils et des mentors. La 3ème édition de ce programme est en phase de lancement.

Et les entreprises françaises ? Leur présence est beaucoup plus récente, et encore très discrète : elles ne possèdent que 3% des centres de R&D. Elles sont surtout visibles dans les infrastructures, comme Alstom avec le tramway de Jérusalem, Véolia dans le traitement de l’eau, ou Edf EN pour les centrales solaires.

Alcatel possède depuis 2011 un centre de R&D dédié au cloud computing, qui a pris la suite de l’activité d’optronique. Gemalto avait acheté en 2006 la start up Trivnet, pour 40 millions de dollars, spécialisée dans le paiement mobile. L’an dernier, Gemalto a remporté l’appel d’offre pour les futurs passeports biométriques d’Israël. Publicis emploie 400 personnes, après le rachat de l’agence BBR en 2012. Sa stratégie numérique la conduira certainement à augmenter sa présence.

StMicroelectronics a acheté en 2012 la Start-up bTendo, qui a créé un pico projecteur avec une technologie laser, destiné à être intégré à un smartphone ou une console de jeux.

France Telecom est également installé en Israël, notamment depuis l’acquisition en 2008 de ORCA Interactive, société spécialisée dans les services de télévision sur internet.

Le groupe EADS collabore avec IAI, Israël Aerospace Industries, notamment sur le développement de l’Airbus militaire de surveillance dérivé de l’avion de transport C295. Signalons également le système Taxibot, fruit d’un partenariat entre EADS et IAI, développé en 2012 pour tracter les avions sur les aéroports.

Mentionnons enfin l’alliance de Better Place avec Renault, puisque ce sont des véhicules électriques de la marque au losange qui sont utilisés par le promoteur de l’infrastructure d’échange de batteries.

Au total cependant, la présence française dans la R&D en Israël, ainsi que dans l’acquisition de Start-ups, reste très faible.

Shares

RetweeTech

Rejoignez nos 2 886 abonnés et recevez nos derniers articles directement sur votre e-mail.