Cancer : des chercheurs réussissent l’exploit de maîtriser la protéine responsable de 75% des cancers !

Dans une avancée révolutionnaire pour la lutte contre le cancer, des chercheurs parviennent à dompter la protéine à l’origine de 75% des cas de la maladie, ouvrant ainsi de nouvelles perspectives de traitement. Les détails.

Une percée récente provenant de l’Université de Californie à Riverside (UCR) pourrait représenter un changement majeur dans la bataille contre le cancer. Des chercheurs ont mis au point une méthode innovante pour réguler l’activité de la protéine MYC, qui est impliquée dans la grande majorité des cas de cancer chez les humains.

Quelle est la protéine identifiée ?

Au cœur du processus de transcription, MYC joue un rôle fondamental en orchestrant la conversion de l’information génétique, de l’ADN à l’ARN, puis à la protéine. Toutefois, dans le contexte des cellules cancéreuses, l’activité de MYC se trouve dérégulée, favorisant ainsi une prolifération tumorale incontrôlée.

Face à ce défi majeur, l’équipe de l’Université de Californie à Riverside (UCR) s’est attelée à une tâche ardue : maîtriser MYC.

Cette ambition se heurte à une caractéristique singulière de MYC, à savoir son absence de structure rigide, un aspect qui complique considérablement la conception de médicaments capables d’interagir efficacement avec cette protéine essentielle.

Sur quoi repose l’innovation de ces chercheurs ?

L’approche novatrice développée à l’UCR repose sur un composé peptidique spécifiquement élaboré pour cibler MYC et inhiber son activité. Cette avancée, exposée dans une récente parution du Journal of the American Chemical Society, repose sur des adaptations visant à améliorer la rigidité et la structure des peptides, augmentant ainsi leur aptitude à interagir avec des cibles protéiques dépourvues de structure fixe.

Les chercheurs ont considérablement renforcé la capacité de liaison de ce peptide à MYC, l’approchant ainsi des performances d’un anticorps.

À l’heure actuelle, ils concentrent leurs efforts sur l’amélioration de la délivrance du peptide dans les cellules, en recourant à des nanoparticules lipidiques et en mettant au point une chimie facilitant l’entrée du principal peptide dans les cellules.

Quelle sont les avancées possibles ?

L’avancée réalisée dans le contrôle de la protéine MYC ne se contente pas de présenter une nouvelle possibilité thérapeutique dans la lutte contre le cancer ; elle inaugure également une meilleure compréhension des processus biologiques complexes en jeu.

En maîtrisant l’activité de MYC, une protéine omniprésente dans de nombreux cancers, les chercheurs ouvrent ainsi la porte à une exploration plus approfondie des mécanismes sous-jacents impliqués dans la progression tumorale et la régulation cellulaire.

Cette avancée prometteuse ouvre de nouvelles perspectives pour la recherche médicale et pourrait éclairer de manière significative les futurs développements thérapeutiques.

Articles Récents