Ecart de prix énorme entre les voitures électriques chinoises et les autres, découvrez pourquoi !

Découvrez dans cet article les raisons derrière l’écart de prix significatif entre les voitures électriques chinoises et celles d’autres pays !

Une étude récente met en lumière l’ampleur de l’écart de prix entre les véhicules électriques produits en Chine et ceux provenant des pays occidentaux. Cet écart est remarquable : le prix moyen d’une voiture électrique chinoise est inférieur à la moitié du prix d’un modèle équivalent européen ou américain.

Lire aussi :

  1. Voitures électriques : regrets de la part d’une majorité d’acheteurs, découvrez pourquoi !
  2. Voitures électriques neuves : découvrez les plus vendues en France en 2023 !

Des tarifs délirants sur les voitures électriques en provenance de Chine

Il ne fait aucun doute que les véhicules électriques chinois représentent une menace sérieuse pour les constructeurs automobiles européens, américains, coréens et japonais, simplement parce qu’ils sont plus abordables. Les écarts de prix sont parfois ahurissants. Une étude récente basée sur les données de JATO Dynamics révèle que le prix moyen d’une voiture électrique fabriquée en Chine est “moins de la moitié du prix d’un véhicule électrique occidental”. Et cet écart continue de se creuser.

Aux États-Unis, l’étude montre que la voiture électrique la moins chère coûte deux fois plus cher que la voiture à combustion interne la moins chère sur le marché. En Chine, la voiture électrique la moins chère coûte 8 % de moins que la voiture à combustion interne la moins chère disponible. En moyenne, les prix des modèles électriques sont presque au même niveau que ceux des modèles thermiques. Une statistique loin d’être atteinte en Europe.

En Corée du Sud, le modèle électrique le moins cher, la Chevrolet Bolt, coûte 351 % de plus que le modèle thermique le moins cher disponible dans le pays. En Europe, l’écart est moins important : le modèle électrique le plus abordable, la Dacia Spring, est à 18 285 euros, mais cela représente tout de même 92 % de plus que le véhicule thermique le moins cher. En Chine, il est possible d’acquérir une voiture électrique pour seulement 3 772 euros. De quoi inciter les constructeurs européens à réfléchir ? Certainement !

Pourquoi un tel écart de prix ?

En Europe, les voitures électriques proposées par les constructeurs automobiles traditionnels restent nettement plus coûteuses que leurs homologues à combustion interne, tandis qu’en Chine, l’accessibilité à des modèles électriques est bien plus répandue. Au cours du premier semestre 2023, le prix moyen d’une voiture électrique s’élevait à 66 864 euros en Europe, à 68 023 euros aux États-Unis et à 31 165 euros en Chine. Il convient de noter que ces chiffres représentent une moyenne, ce qui implique que de nombreux modèles sont disponibles à des prix bien inférieurs.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer cet écart de prix. Aux États-Unis, des investissements massifs ont été réalisés dans des technologies coûteuses liées aux batteries lithium-ion, souvent utilisées dans des SUV haut de gamme. En revanche, en Chine, l’utilisation de batteries moins coûteuses, dotées d’une composition chimique différente, contribue à réduire le coût des voitures électriques. Cependant, ce n’est pas la seule raison. Les salaires des travailleurs chinois sont généralement inférieurs à ceux de leurs homologues européens ou américains.

La présence de syndicats forts aux États-Unis et en Europe garantit aux travailleurs de l’industrie automobile des salaires décents, ce qui n’est pas toujours le cas en Chine, où une partie de l’industrie repose sur le travail forcé des Ouïghours. Cette réalité soulève des questions éthiques importantes concernant la production de ces véhicules. Malgré cela, le coût de production n’est pas le seul facteur contribuant à des prix plus abordables.

L’industrie automobile chinoise suscite des inquiétudes à l’échelle mondiale

C’est le gouvernement chinois qui orchestre les opérations. Pékin soutient massivement l’industrie des véhicules électriques, bien que l’Europe et les États-Unis offrent également des subventions, mais dans une moindre mesure. Il est désormais indéniable que la stratégie chinoise s’est avérée plus efficace que celle des pays occidentaux pour développer une industrie automobile offrant une large variété de modèles. Alors que les consommateurs américains peuvent choisir parmi 51 modèles entièrement électriques et les Européens parmi 135, les clients chinois disposent de 235 options.

En Chine, de nombreux modèles d’entrée de gamme sont disponibles, tirant profit du plus grand marché automobile au monde. Au fil du temps, les constructeurs chinois se tournent vers de nouveaux marchés à l’exportation, notamment en Europe, en Russie, en Asie du Sud-Est et en Amérique latine. Des entreprises telles que BYD, NIO et Xpeng envoient des dizaines de milliers de modèles vers des marchés où l’offre est plus limitée. Ainsi, les voitures électriques chinoises sont extrêmement compétitives dans le monde entier, pas seulement en Chine.

Cette agressivité sur les prix représente un risque majeur pour les constructeurs automobiles historiques. L’Union européenne cherche à protéger ses entreprises, comme en témoigne la publication par la Commission européenne de preuves concernant les “subventions” accordées par le gouvernement chinois aux voitures électriques. Cette situation n’est pas bien accueillie par le Parti communiste chinois, qui a exprimé son mécontentement quant aux enquêtes menées par la Commission, les jugeant non conformes aux règles de l’Organisation mondiale du commerce.

Articles Récents