Piégés par le radar : même en freinant, vous pouvez maintenant recevoir une amende !

Bientôt, les automobilistes pourraient être confrontés à un nouveau type de radar, dont le fonctionnement diffère de celui des radars habituels.

Depuis leur introduction en France en 2003, les radars se sont rapidement répandus, devenant omniprésents sur les routes du pays. Actuellement, plus de 4 447 de ces dispositifs électroniques surveillent les conducteurs, et cette tendance semble continuer à croître. Non seulement leur nombre augmente, mais leur efficacité s’améliore également. Ils visent à sanctionner les conducteurs en infraction et leur présence incite les usagers de la route à adopter une conduite plus prudente.

Lire aussi :

  1. Livret A en 2024 : le fisc sera sans pitié pour les contrevenants !
  2. Google Messages : dysfonctionnement majeur dans l’envoi de messages avec les smartphones Samsung

La nouvelle génération de radars suscite la méfiance chez les automobilistes

Une récente avancée dans le domaine des radars introduit un modèle doté d’une capacité unique : celui de vous flasher même si vous respectez la limite de vitesse. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, il ne s’agit pas d’une erreur, mais plutôt d’une fonctionnalité intentionnelle. Mais comment cela est-il possible ? Quels sont les critères qui déclenchent ce dispositif ?

Pour ceux habitués aux radars classiques qui contrôlent la vitesse en kilomètres par heure, une nouvelle génération de radars a fait son apparition sur nos routes. Ces appareils ne surveillent pas la vitesse, mais plutôt le niveau de décibels émis par votre véhicule.

En effet, ces radars ne se basent pas sur la vitesse, mais sur les décibels, l’unité utilisée pour mesurer l’intensité sonore. Plus le son est élevé, plus le niveau de décibels est élevé également. Selon un article de France Live, la limite à ne pas dépasser pour les automobilistes est de 83 décibels.

Le contrôle des niveaux sonores émis par les véhicules

Bien que la préoccupation concernant le contrôle du bruit des moteurs puisse sembler mineure, elle revêt en réalité une importance majeure. En effet, après la pollution de l’air, la pollution sonore représente un facteur significatif de décès en Europe.

Selon un rapport conjoint du Conseil national du bruit et de l’Agence de la transition écologique, le “coût social” de l’exposition au bruit dépasse les 147 milliards d’euros par an en France, principalement en raison des conséquences sanitaires indirectes.

Face à cette réalité, il est compréhensible que l’État mette en place des radars pour limiter les nuisances sonores sur nos routes. Mais quelles sont les sanctions encourues par les automobilistes en cas de dépassement des limites sonores ?

Des radars en période d’essai

Si vous avez circulé en ville récemment, vous avez peut-être remarqué ces nouveaux radars, souvent surnommés « méduses » en raison de leur configuration tentaculaire. Ces dispositifs suscitent l’attention des automobilistes, bien qu’ils soient encore en phase d’essai. Il reste incertain s’ils seront utilisés à des fins éducatives ou si des amendes seront appliquées en cas de dépassement des niveaux sonores autorisés.

En cas de déploiement, quelles sanctions pourraient-ils entraîner pour les conducteurs ? En cas de non-respect des limites de bruit, les conducteurs risquent une amende de 4ème classe, s’élevant à 135 euros. Cependant, à ce jour, aucune sanction n’a été appliquée.

Que ces radars deviennent courants ou non, il est crucial de rappeler aux automobilistes l’importance de respecter le Code de la route. Il est toujours préférable de conduire prudemment plutôt que de ne se soucier que de détecter les radars.

 

Articles Récents