Taxation à venir : les voitures électriques chinoises dans le collimateur de l’Europe

Plongez au cœur d’une controverse majeure alors que l’Europe se prépare à imposer des taxes sur les voitures électriques chinoises, déclenchant ainsi un scandale imminent.

Alors que l’enquête menée par la Commission européenne sur les voitures électriques en provenance de Chine est toujours en cours, il semble que l’instauration d’une taxe rétroactive soit une possibilité imminente. Les autorités exécutives de l’Union européenne estiment qu’elles disposent désormais de suffisamment d’éléments pour justifier l’imposition de droits de douane. Cette décision pourrait avoir des répercussions majeures sur le marché des véhicules électriques en Europe ainsi que sur les relations commerciales entre l’UE et la Chine.

Lire aussi :

  1. Voitures électriques : regrets de la part d’une majorité d’acheteurs, découvrez pourquoi !
  2. Voitures électriques neuves : découvrez les plus vendues en France en 2023 !

L’Europe envisage de taxer les voitures électriques chinoises

Depuis septembre 2023, la Commission européenne mène une enquête sur les subventions gouvernementales accordées aux voitures électriques chinoises. Présidée par Ursula von der Leyen, elle vise à prévenir toute concurrence déloyale sur le continent européen, affirmant dès le début de l’enquête sa volonté de protéger les constructeurs européens. Alors que les investigations progressent, l’annonce possible de l’instauration d’une taxe se profile à l’horizon.

Dans un document publié le mardi 5 mars 2024, la branche exécutive de l’Union européenne a fait savoir qu’elle disposait de suffisamment d’éléments pour étayer l’hypothèse selon laquelle les voitures électriques chinoises bénéficieraient de subventions de la part de Pékin.

La Commission souligne également qu’au cours de l’enquête, les importations ont augmenté de 14 % sur le continent européen. Ursula von der Leyen, consciente de l’urgence de la situation, ne souhaite plus attendre, surtout face à l’arrivée croissante de modèles chinois sur le marché européen.

Des taxes douanières dès le mois de juillet ?

Suite aux enquêtes menées, la Commission européenne envisage de mettre en place une procédure d’enregistrement douanier pour les importations de voitures électriques chinoises.

Concrètement, cela implique que les modèles provenant de Chine pourraient être assujettis à des droits de douane dès leur entrée sur le marché européen. Alors que l’enquête devrait officiellement se conclure en novembre, l’Union européenne s’engage à imposer des droits de douane provisoires dès le mois de juillet.

Cette décision vise à prévenir toute concurrence déloyale et à protéger l’industrie automobile européenne face à l’arrivée croissante de modèles chinois sur le marché.

Qu’en disent les autorités chinoises ?

La réaction de la CCCEU, la Chambre de commerce chinoise pour l’Union européenne, suite à la décision prise par la Commission européenne, s’est avérée empreinte de déception. Selon un porte-parole de cette institution chinoise, l’augmentation des importations reflète simplement la demande croissante de véhicules électriques en Europe.

Cependant, l’Europe ne partage pas cette interprétation. Les autorités européennes estiment que des entreprises telles que BYD, SAIC et d’autres constructeurs chinois, qui exportent leurs modèles électriques sur le Vieux Continent, exercent une pression sur les fabricants européens, notamment Stellantis, Renault ou Volkswagen.

Cette divergence de points de vue souligne les tensions croissantes dans le secteur automobile entre la Chine et l’Union européenne, alimentées par des enjeux économiques et concurrentiels de plus en plus importants.

Articles Récents