Voitures thermiques plus chères à produire que les électriques, la révélation qui va tout changer

Apparemment, cette révélation n’est pas l’œuvre des experts de la voiture électrique. Le cabinet Gartner, spécialisé dans les technologies avancées, vient de publier un rapport sur le sujet.

Le 7 mars, un rapport de Gartner a fait une prédiction intrigante : dans les trois prochaines années, les voitures électriques pourraient devenir moins coûteuses à produire que les véhicules thermiques. Cette nouvelle pourrait être accueillie favorablement par les acheteurs, étant donné que les prix des voitures électriques restent élevés pour la plupart des budgets. Alors que nous avions précédemment évoqué la baisse des prix des batteries et son impact positif sur les coûts de production, ce rapport met en avant les changements dans l’ensemble des processus de production.

Lire aussi :

  1. Taxation à venir : les voitures électriques chinoises dans le collimateur de l’Europe
  2. Choc énorme chez Volkswagen, suspension de la production de plusieurs voitures électriques !

L’amélioration de l’efficacité des processus de fabrication

Ce bouleversement du modèle s’explique par une transformation en profondeur des procédés de fabrication adoptés par les constructeurs automobiles. De nombreuses avancées technologiques favorisent ainsi une réduction significative des coûts de production, surpassant même celle observée dans la fabrication des batteries.

Pedro Pacheco, vice-président de la recherche chez Gartner, souligne : « Ils [les constructeurs de VE] ont introduit des innovations qui réduisent les coûts de production, comme l’architecture centralisée des véhicules ou l’introduction de gigacastings, qui diminuent le coût de fabrication et le temps d’assemblage. Les constructeurs automobiles traditionnels ont dû adopter ces innovations pour rester compétitifs ».

Le gigacasting, une technique novatrice de l’industrie automobile, consiste à couler de vastes parties du véhicule en un seul bloc, réduisant ainsi le nombre de composants et les coûts associés. Il souligne également que cette évolution se produit « beaucoup plus vite que prévu », suggérant ainsi une perspective de baisse des prix d’achat des VE et une démocratisation accrue de leur utilisation.

Une transition qui n’est pas parfaite

Cependant, le rapport souligne également un aspect crucial : la possible augmentation des coûts de réparation. Selon le rapport, « les coûts de réparation des VE après un gros accident pourraient augmenter de 30 %, risquant de transformer plus de véhicules accidentés en épaves si les réparer coûte plus cher que leur valeur. Cela pourrait aussi faire grimper les primes d’assurance ou pousser les assureurs à éviter certains modèles ».

Un autre effet indésirable de cette transition affecte directement l’industrie elle-même, plutôt que le consommateur. La concurrence au sein du secteur deviendra de plus en plus intense et Gartner prévoit que « d’ici 2027, 15 % des entreprises de VE créées au cours de la dernière décennie seront rachetées ou feront faillite ».

Pedro Pacheco, de Gartner, perçoit cette évolution comme une transformation plutôt qu’un déclin : « Cela ne signifie pas que le secteur des véhicules électriques s’effondre. Il entre simplement dans une nouvelle phase où les entreprises offrant les meilleurs produits et services prendront le dessus sur les autres ». Ainsi, la loi du plus fort prévaudra, rien de révolutionnaire sous le soleil !

Le sérieux de ce rapport porte à réfléchir sur l’avenir des voitures thermiques

Le cabinet Gartner jouit d’une solide réputation pour ses analyses pertinentes et ses prévisions souvent proches de la réalité.

Ses rapports antérieurs ont mis en lumière des tendances telles que l’évolution des environnements de travail numérique, l’adoption généralisée de l’intelligence artificielle dans les entreprises, ou encore la montée en puissance du cloud computing, bien avant la pandémie de COVID-19. Il reste maintenant à voir si les données de ce dernier rapport se matérialiseront dans un avenir proche.

Si tel est le cas, l’industrie automobile entrera alors dans un nouveau cycle de son histoire, façonné par les avancées technologiques et les changements dans les processus de production.

Articles Récents