Signal versus WhatsApp : qui va gagner ?

Il s’agit d’une vraie déferlante et le nombre de téléchargements est incroyable. De quoi parle-t-on ? D’un nouveau jeu, visant à se détendre dans ce climat morose ? Non, de l’application Signal qui prétend lutter contre WhatsApp. Focus.

Les futures conditions d’utilisations de WhatsApp mettent en colère des millions de personnes

Sous couvert d’utiliser WhatsApp au mieux, notamment au niveau du parcours client, Facebook ; qui a racheté l’appli phare en 2014 ; annonce qu’il va changer les conditions d’utilisation à partir du 8 février prochain.

Ceci sonne plutôt comme un ultimatum aux oreilles des utilisateurs qui sont sommés de partager plus de données personnelles. En cas de refus, ils seraient contraints d’abandonner l’application.

Quid des restrictions du RGPD ? On se le demande.

Pourtant, si les manœuvres du géant américain peuvent énerver, elles permettent à d’autres applications de connaitre un succès véritablement explosif à l’instar de Signal.
Vous n’aurez pas les dents plus blanches en la téléchargeant, par contre, vos données personnelles seront mieux protégées. Une belle promesse s’il en est et qui correspond plus à ce que souhaite l’utilisateur de smartphone et du web en 2021.

L’application n’est pas récente (créée en 2014) et elle bénéficie d’une bonne réputation de sérieux, car les données sont ultra sécurisées. Rien de neuf sous le soleil. Tout comme WhatsApp, il s’agit d’une application de messagerie mais qui ; du fait de son open-source gratuite ; peut faire l’objet d’un examen scrupuleux par les experts en sécurité. Qui mieux qu’eux peuvent alors dire qu’elle est fiable ?

Pourtant, même si ce sont déjà deux éléments qui peuvent rassurer les utilisateurs présents et à venir, c’est surtout la promotion que font d’elle ; en l’utilisant ; des personnes emblématiques en la matière ; comme Jack Dorsey qui n’est rien d’autre que le PDG de Twitter ou encore Edward Snowden. Ce nom doit sûrement vous dire quelque chose. C’est lui qui avait lancé une alerte sur les écoutes qu’avaient pu faire la NSA. Rien que cela. On ne peut rêver mieux comme ambassadeurs.

Signal : après le test : cette appli est-elle plus fiable que WhatsApp ?

SIGNAL APPS
Source shutterstock

Que vous soyez sur smartphone iOS ou Android ou que vous préfériez votre ordinateur, pas de souci pour la télécharger. PC, Mac et même Linux, tout lui convient.

L’application vous envoie un code à 6 chiffres sur le numéro de téléphone que vous avez renseigné et ensuite vous devez vous créer un code à 4 chiffres (le NIP) pour crypter vos données. L’application se charge, si vous l’utilisez rarement, de vérifier votre identité par ce biais.
Après avoir accédé à vos contacts, c’est parti. C’est aussi simple que cela ; car en tant qu’application de messagerie, elle peut vous aider à envoyer des SMS.

Rien ne la distingue d’une autres application du même type, avec la possibilité, outre les SMS d’envoyer des photos, des vidéos et même des GIF ou de passer des appels.

Pourtant, voilà ce qui pourrait bloquer : il faut arriver à convaincre ses contacts de quitter Facebook (et donc WhatsApp), pour adopter cette nouvelle application qui ; comme toute application ne fonctionne que si vous avez des amis à qui envoyer des vidéos rigolotes, donner rendez-vous pour promener le chien etc…

Même si vous arrivez à faire basculer votre petit cercle d’amis et de connaissances, qu’en sera-t-il des milliards de personnes, qui, à l’heure actuelle, utilisent WhatsApp et Facebook ?
Car on ne parle pas ici de qualités. Signal a tout ce qu’il faut au niveau de l’interface et des fonctionnalités.

Son gros plus, indéniable, est le respect des données personnelles et le fait que des personnes rompues dans ce domaine en aient fait leur joujou quotidien.
Cela a fait tilt chez les geek, les professionnels du complot et ceux qui n’aiment pas qu’on leur envoie des pubs sur les engrais alors qu’ils viennent de regarder des photos d’aménagement paysagers

.
Pour les autres, habitués depuis des années à communiquer et réagir à tous les faits et gestes de leurs proches, via d’autres réseaux sociaux, le déclic peut être long ; tant pour eux, ces applications phares sont devenues des extensions d’eux-mêmes…

Combien accepteront le marché proposé par Facebook/WhatsApp le 8 février prochain, juste pour continuer cette routine, sans se douter (ou en ne s’en préoccupant pas trop), de ce qui va être fait de toutes ces données personnelles qu’ils partagent et échangent à longueur de journée ? Affaire à suivre.

 

Il s’agit d’une vraie déferlante et le nombre de téléchargements est incroyable. De quoi parle-t-on ? D’un nouveau jeu, visant à se détendre dans ce climat morose ? Non, de l’application Signal qui prétend lutter contre WhatsApp. Focus.

 

Articles Récents