in

Volvo: moins de berlines et de breaks, plus de SUVsvo SUV

Volvo ne semble pas arrêter de prendre de grandes décisions. Une vitesse de pointe limitée à 180 km / h, entièrement électrique d’ici 2030 et donc aussi une vente qui se déroulera exclusivement en ligne. Des décisions audacieuses qui impliquent un coût ou un risque et nécessitent donc une rentabilité maximale. C’est pourquoi Volvo souhaite privilégier les SUV, plus rentables, et limiter le nombre de berlines et de breaks, qui sont pourtant la tradition du constructeur scandinave. Le premier exemple est la disparition du V40 au profit du C40 Recharge.

Le paradoxe écologique

Volvo veut être à la pointe de la «vague écologique» en optant pour une gamme entièrement électrifiée à partir de 2025 et en proposant exclusivement des voitures électriques d’ici 2030. L’objectif? Répondre aux objectifs écologiques des différents organes politiques, de préférence avant qu’ils ne soient imposés, et atteindre l’importante neutralité carbone. Une mission qui entraîne des coûts énormes en termes de R&D, également au niveau industriel et de la production. Il est donc essentiel de rester rentable, et qu’est-ce qui donne plus de marge qu’un SUV?

La réalité économique doit donc aller de pair avec des intentions écologiques, avec une offre SUV qui prévaudra, tandis que les berlines et les breaks vont diminuer en nombre, mais sans disparaître totalement. Du moins, au début. Volvo n’est pas seul: la plupart des constructeurs conviennent que vendre un SUV implique plus de marge qu’une berline ou un break sur la même plateforme. Ford est également parvenu à cette conclusion et ne développe même plus de nouvelles grandes berlines.

Cependant, le passage aux SUV entraîne également une situation paradoxale en matière d’écologie. Car ces modèles sont plus lourds, moins aérodynamiques et souvent moins performants en termes d’espace intérieur par rapport à un break équivalent ou même à une berline. Et cela tout en recherchant la plus petite empreinte écologique possible.

L’exemple C40 Recharge

Pour illustrer cette évolution annoncée de sa gamme, Volvo a présenté le C40 Recharge, un SUV coupé qui, avec le XC40, remplace l’ancien V40. Une évolution qui se poursuivra, selon le PDG Hakan Samuelsson: «Traditionnellement, nous avons des berlines, des breaks et des SUV. Actuellement, les SUV représentent environ 75% de nos ventes, ce qui signifie que nous avons besoin d’encore plus de SUV. Maintenant, nous avons le C40 Recharge et nous prévoit un SUV plus petit sous la série 40 ».

Le C40 Recharge tente de combler le fossé entre une berline et un SUV avec sa ligne de toit en pente, ce qui pourrait signifier que davantage de modèles de ce type porteront le préfixe “ C ”. «Je ne sais pas si nous allons tous les appeler C, mais nous pouvons nous attendre à des voitures plus aérodynamiques mais toujours construites plus haut. L’aérodynamisme est important dans les voitures électriques, mais les gens aiment vraiment avoir une position assise plus élevée. Nous ne construisons donc plus de voitures carrées, mais avec des lignes de toit plus élégantes. ”

Bébé Volvo

Bientôt Volvo proposera donc un modèle encore plus compact que le (X) C40 avec le nom XC20 ou C20, sur la plateforme SEA de Geely, tandis qu’à l’autre bout de la gamme le XC90 passera à l’électrique. L’électrification est donc le résultat de la politique et de la volonté de devenir climatiquement neutre, tandis que les SUV sont créés à la demande des clients. Cependant, il n’est pas encore l’intention de s’arrêter complètement avec les berlines et les breaks, qui doivent cependant être “développés et rationalisés”, précise le patron de Volvo, qui ajoute qu ‘”un modèle pratique et plus bas peut aussi être vraiment intéressant. ”