in

“Ne t’endors pas” Ce film d’horreur Netflix est passé sous le radar

Ne t’endors pas, du créateur de The Haunting of Bly Manor, Mike Flanagan, a eu du mal à sortir de terre. Le film devait initialement sortir en salles le 8 mai 2015, mais après de multiples retards et le dépôt de bilan de son distributeur d’origine, Netflix a finalement acheté les droits du film (les droits de sortie aux États-Unis ayant été retardés de plus de six mois).

Lorsque le film est finalement sorti dans le monde entier sur Netflix fin avril 2017 et en janvier 2018 aux États-Unis, il a semblé passer sous le radar de tout le monde. Pourtant, il s’agit d’un film qui renverse un grand nombre de clichés classiques de l’horreur et qui révèle de manière imaginative la force surnaturelle à laquelle les personnages sont confrontés.

L’intrigue de Ne t’endors pas est la suivante : un couple, qui se remet de la perte soudaine et tragique de son enfant précédent, adopte un fils, Cody, dont ils découvrent bientôt qu’il a une capacité spéciale. Lorsqu’il s’endort, ses rêves se manifestent dans le monde réel, apparaissant d’abord au couple comme une maison remplie de papillons. Après avoir vu les photos de leur fils décédé dans la maison, l’enfant se met bientôt à rêver de lui, et les parents peuvent revoir leur fils. Cependant, comme le fils disparaît dès que Cody se réveille, leur chance d’être réunis est de courte durée. La façon dont les parents réagissent à cette situation devient un élément moteur de l’intrigue. Du moins, jusqu’à ce que Cody commence à faire des cauchemars.

Il est étrange de classer Ne t’endors pas dans la catégorie des films d’horreur. Les éléments sont là, mais le film ne cherche pas à effrayer le spectateur, à l’exception peut-être de ce qui ressemble à un saut de puce obligatoire, qui est toujours annoncé bien à l’avance. Dans la lignée des autres œuvres du réalisateur Mike Flanagan, le film s’attache plutôt à raconter une histoire intéressante et à explorer l’impact de l’étrange capacité de Cody sur son entourage. Si certains moments du film sont un peu trop édulcorés, notamment vers la fin, le film fait une large place à la façon dont les personnages gèrent le deuil, la perte et le traumatisme. Si ce film a été classé dans la catégorie des films d’horreur, c’est peut-être parce que la fusion du drame avec d’autres genres est encore un terrain relativement vierge.

L’attention portée aux petits détails contribue à transmettre certains aspects de l’histoire. Les papillons qui se manifestent initialement n’ont pas d’antennes jusqu’à ce qu’un enfant corrige le dessin de Cody à l’école. Un monstre, baptisé “The Canker Man” par Cody, est d’abord évoqué dans les premiers instants et est parfois subtilement visible à l’arrière-plan dans des moments où l’on cligne des yeux et que l’on rate, avant de faire ses véritables débuts dans le film. Les spectateurs l’aperçoivent enfin clairement vers la moitié du film, mais on peut se demander si une vue directe de la créature si tôt ne gâche pas la tension inhérente à l’ignorance de ce qui l’attend. Dans une scène menant directement à sa révélation, elle prend la forme d’un essaim de papillons de nuit aux yeux brillants, et elle semble si intéressante à ce moment-là qu’on aimerait qu’il y ait plus de moments où elle n’apparaît pas encore sous sa forme solide.

Le design de la créature n’est pas extravagant, mais il a l’air cool, et sa nature inquiétante joue en faveur de la raison thématique de son existence. Le fait qu’il s’agisse d’un monstre né de l’imagination de Cody et qu’il ne soit donc pas lié aux lois normales de la physique donne au film l’occasion de jouer avec ce qu’il est capable de faire, en le faisant parfois contourner les lois de la physique et se transformer de manière impossible. Cependant, un certain moment où le monstre est vu dans des pièces très éclairées ne lui rend pas service. Il y a d’autres moments visuels troublants tout au long du film, mais l’homme chancre prend définitivement le devant de la scène dès qu’il commence à apparaître.

Ce qui fonctionne peut-être le mieux dans The Canker Man, c’est lorsque le spectateur apprend pourquoi il hante Cody. Révélée dans les derniers instants du film, la nature de l’existence de la créature ajoute une nouvelle couche de profondeur non seulement au passé de Cody et à la raison pour laquelle il est tel qu’il est, mais aussi à la raison pour laquelle l’Homme Chancre est tel qu’il est et pourquoi il attaque les gens de cette manière spécifique. Il est rare qu’un monstre de film représente quelque chose d’aussi spécifique et réel plutôt que d’être aussi vague et conceptuel qu’une “personne effrayante portant un masque”. Après cette révélation, le monstre prend une toute nouvelle signification tragique.

Le final du film est peut-être un peu anti-climatique, mais il joue avec les motifs présentés tout au long du film, une décision intelligente puisque la fin peut être la partie la plus controversée d’un film. Après tout, Ne t’endors pas n’est pas strictement un film de monstres. Il s’agit d’un examen émotionnel de la façon dont les gens traitent le deuil, en particulier un enfant aussi jeune qui en est encore à apprendre ce que sont les papillons, sans parler de ce que signifie perdre quelqu’un.

Le spectateur n’a pas grand-chose à gagner en regardant une deuxième fois Ne t’endors pas, mais il vaut la peine de le voir au moins une fois. Il s’agit moins d’un film d’horreur que d’un thriller dramatique et surnaturel, mais il est doté d’une force émotionnelle surprenante qui touche le spectateur en plein cœur, une fois tous ses secrets dévoilés.